L'effet levier des TIC sur l'accès à la formation de salariés

04 Juin 2019

L'effet levier des TIC sur l'accès à la formation de salariés © Fotolia Les salariés les plus connectés accèdent davantage à la formation organisée et bénéficient également de l’effet stimulateur des TIC sur les apprentissages informels, selon la dernière étude Formation du Céreq.

Le dispositif du Céreq DEFIS, Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés, permet de mieux cerner le panorama des TIC et la diversité de leurs usages, en confrontant les types d’outils utilisés avec les raisons de cette utilisation déclarées par les salariés. Ainsi cinq profils d’utilisateurs ressortent :

  • Les « nomades » (16 % des salariés)
    Adeptes au quotidien des outils de communication instantanée, on les retrouve à des postes qualifiés dans de grandes entreprises des secteurs des services aux entreprises et de la finance/assurance.
  • Les « relation-clients » (16 % des salariés)
    Ils se distinguent des précédents par un usage des TIC essentiellement orienté vers la communication sur leur entreprise et la gestion de la relation avec leurs clients ou prestataires. Ce sont plus souvent des femmes diplômées du supérieur, occupant plutôt des postes qualifiés dans des entreprises du commerce.
  • Les « tâches en ligne » (25 % des salariés)
    Ils ont un recours à des outils qui facilitent la coordination en interne. Diplômés du supérieur, ces salariés occupent des postes d’agents de maîtrise ou de techniciens avec une ancienneté moyenne plus importante que les autres (27 % ont plus de 20 ans d’ancienneté, contre 19 % pour l’ensemble).
  • Les « recherche d’emploi » (13 % des salariés)
    Très jeunes (42 % sont âgés de moins de 35 ans), ils sont moins diplômés que la moyenne et occupent des postes d’employés ou d’ouvriers. Ils ont un recours aux outils connectés assez faible et lorsqu’ils les utilisent, c’est avant tout pour se documenter ou rechercher un emploi, des tâches assez périphériques à leur travail.
  • Les « distants » (14 % des salariés)
    Mail et intranet sont les seuls outils en ligne qu’ils utilisent. Peu diplômés, ces salariés occupent plus souvent des postes d’employés ou d’ouvriers qualifiés dans des fonctions de production et d’exploitation.

Enfin, il y a 16 % de salariés « non connectés » : 24 % d’entre eux ont ainsi recours à un ordinateur dans leur travail, mais leur usage ne nécessite pas une connexion à un réseau interne ou externe. Ces salariés sont plus âgés que la moyenne, plus souvent des hommes, Ils exercent des fonctions de production, de chantier, de gardiennage ou de nettoyage, dans les secteurs de la construction ou de l’industrie agroalimentaire.

Le lien TIC - Accès à la formation

Selon l'étude du Cereq, ceux qui sont le plus connectés au quotidien sont aussi ceux qui suivent aussi le plus de formations. Ainsi, 53 % des « nomades » ont suivi une formation au cours des 12 dernier mois contre 22 % des « non connectés ». Le plus souvent, les formations qu’ils suivent visent à se perfectionner dans ce qui fait le cœur de leur métier (le management, la comptabilité ou le droit).

Au-delà des formations formelles, la pratique journalière du web et des réseaux sociaux contribue à apprendre autrement, de façon informelle lors de recherches en ligne, par exemple. Pour les personnes les plus éloignées des TIC, seules 15 % indiquent utiliser des outils connectés pour trouver une une réponse ou se documenter sur un sujet. Côté « nomades », ils sont respectivement 96 % et 98 % à y avoir recours !

A noter : 83 % des » nomades » et 69 % des profils « tâches en ligne » mentionnent apprendre « par soi-même, via des livres, la presse, internet, la TV ou la radio. » comme premier vecteur d’apprentissages informels. Pour les autres profils, ce sont les échanges avec les collègues.

Pour en savoir plus, télécharger l'étude complète La formation des salariés 2.0 : l'effet levier des TIC.

Jonathan Singaye

Tags : TIC | formation | Cereq | communication | étude