Le travail à temps partagé, solution d'avenir ?

15 Juillet 2015

Le travail à temps partagé, solution d'avenir ? © Fotolia Alors que la crise perdure, employeurs comme salariés commencent à s'intéresser au travail à temps partagé. Point sur la première étude nationale qui vient d'être menée sur cette approche du travail.

Le travail à temps partagé consiste pour un salarié à travailler pour plusieurs entreprises en ayant un seul contrat de travail avec une entreprise tiers (groupement d'employeurs, portage salarial) ou en exerçant en indépendant (free-lance).

Le travail à temps partagé permet ainsi aux employeurs de satisfaire leurs besoins en personnel sans pour autant recruter un salarié à temps plein. Il donne la possibilité de mettre à disposition du personnel qualifié au bénéfice d'entreprises ne pouvant le recruter elles-mêmes. Il offre aux salariés et aux travailleurs indépendants la possibilité de cumuler une activité professionnelle dans plusieurs entreprises.

Dans tous les cas, la souplesse de ce dispositif semble désormais trouver un écho favorable auprès de chacun des acteurs concernés.

Fin 2014, la première étude nationale était lancée par l’ANDRH, Association nationale des DRH, en partenariat avec l’IGS-RH, Le Portail du temps partagé, la CGPME et l’Apec. Les résultats viennent d’être dévoilés.

Pendant six mois, des étudiants de l’IGS RH, accompagnés de chercheurs du laboratoire Innovations sociales et performance d’entreprise, ont mené l’enquête pour en savoir plus sur cette nouvelle variable du monde de l’emploi.

Les résultats révèlent un concept innovant particulièrement adapté pour de nombreux travailleurs et employeurs, grâce à une flexibilité et une liberté pour chacune des parties.

Les principaux enseignements

  • 60 % des travailleurs en temps partagé sont des femmes ;
  • 46 % des salariés en temps partagé ont entre 40 et 49 ans ;
  • 77 % des personnes en temps partagé déclarent avoir vécu un événement important dans leur vie professionnelle (licenciement, conflit, etc.).

Quant à la raison principale qui motive ce choix, il s’agit de la "volonté d’exercer un métier passion", plus difficilement compatible avec un mode de travail conventionnel.

On apprend également que les entreprises ayant recours à cette solution le font majoritairement pour le recrutement de cadres (44 %). Bon à savoir : 14 % font ce choix pour le management de projets et 11 % pour le management d’équipes.

Et en ce qui concerne les bénéfices qu’elles en retirent, ils sont liés :

  • à l’apport de compétences (38 %) ;
  • au fait de bénéficier de l’intervention d’un professionnel en fonction des besoins de l’entreprise (29 %) ;
  • à la possibilité de collaborer avec des professionnels qu’elles n’auraient pas pu recruter autrement (25 %).

Télécharger l'Etude nationale du temps partagé

Sandrine Damie

Tags : temps partagé | employeur