Le territoire structure les inégalités entre jeunes autant qu’il les reflète

04 Février 2015

Le territoire structure les inégalités entre jeunes autant qu’il les reflète © Fotolia Le 27 janvier dernier, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) a organisé les « 3èmes Rencontres de l’Observatoire de la jeunesse ». Retour sur ces rencontres.

Les 3èmes rencontres de l'Observatoire de la jeunesse étaient organisées à l’occasion de la parution du rapport de l’Injep « Parcours de jeunes et territoires ». Autour de trois tables rondes, chercheurs, élus politiques, jeunes et acteurs de la jeunesse ont échangé sur les disparités territoriales, les liens entre jeunes et territoires, ou encore sur l’impact de ces derniers sur les politiques publiques.  
 
Le chômage frappe davantage les jeunes et le fait de résider en Zone urbaine sensible accroît encore leurs risques d’être au chômage. C’est ce qu’a rappelé en ouverture de la journée Jean-Benoît Dujol, délégué interministériel à la jeunesse. Ainsi, l’une des questions centrales de ces rencontres était de savoir si l’inégalité territoriale prend le pas sur l’inégalité sociale ou inversement.
 
Le rapport  de l’Injep, présenté au cours de cette journée, démontre que le territoire structure les inégalités entre jeunes autant qu’il les reflète. En effet, loin de s’opposer, inégalités sociale et territoriale se renforcent mutuellement. Ainsi, le territoire contribue à façonner les pratiques et les trajectoires des jeunes. Or, les offres d’accès à l’emploi, au logement, à la formation, etc. sont inégalement réparties selon les territoires, ce qui crée une inégalité des chances entre les jeunes.
 
Le rapport de l’Injep invite donc les politiques publiques à innover dans l’accompagnement des jeunes dans leur parcours. Les intervenants ont par ailleurs insisté sur la multiplicité et le manque de coordination des dispositifs, des politiques et des acteurs qui concernent les jeunes. Il est nécessaire de dépasser la dichotomie entre deux types de politiques sociales : d’une part les politiques universalistes et redistributives, qui s’adressent aux individus en fonction de leur statut sans prise en compte de leur inscription territoriale; d’autre part la politique de la Ville ou les politiques de développement territorial, qui agissent sur les territoires.
 
Les racines des dynamiques inégalitaires étant à la fois d’ordre social et spatial, les réponses publiques devraient nécessairement articuler ces deux dimensions pour agir efficacement. Il s’agirait d’inventer des catégories d’actions plus dynamiques et intégrées qui prennent en compte la situation territoriale et les mobilités. Ces innovations pourraient émerger dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir (PIA) pour la jeunesse(1). En effet, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la jeunesse et des Sports, qui clôturait ces rencontres, a annoncé le lancement d’un appel à projet, dans le cadre de ce PIA, et une dotation de celui-ci d’un montant de 60 millions d’euros.
 
Agnès Goubin


(1) Le programme vise à sélectionner et à accompagner entre 10 et 20 sites qui se caractériseront par le développement d’une politique destinée à la jeunesse intégrée et globale sur les territoires concernés.

Tags : jeune | jeunesse | territoire