Le secteur de l’hôtellerie-restauration porté par le dynamisme de la restauration

31 Janvier 2018

Le secteur de l’hôtellerie-restauration est porté par le dynamisme de la restauration © Pixabay Le nombre d’emplois dans le secteur de l’hébergement et de la restauration progresse fortement depuis 2005 (+ 25 %). Cette croissance est portée par la restauration qui regroupe les trois quarts de l’emploi salarié du secteur.

Au 31 décembre 2016, 1 003 300 salariés travaillent dans le secteur de l’hébergement et de la restauration qui regroupe 171 970 établissements en France métropolitaine, soit 5,6 % de l’emploi salarié marchand non agricole.

Ce secteur s’est sorti plus rapidement que les autres secteurs de la crise de 2008. Dès le troisième trimestre 2009, l’emploi y repart fortement à la hausse. Et depuis 2015, l’emploi est à nouveau en forte croissance, + 5,3 % entre le premier trimestre 2015 et le quatrième trimestre 2016.

Plus des trois quarts des salariés du secteur travaillent dans la restauration.

Le recours à l’apprentissage, aux CDD et aux emplois saisonniers est plus élevé que dans l’ensemble des autres secteurs d’activité et les salariés y sont plus jeunes. Ces derniers sont près de 40 % à avoir moins de 30 ans alors qu’ils ne sont que 20,6 % pour l’ensemble des salariés.

Les femmes représentent près de 47 % des emplois salariés du secteur hôtelier et de la restauration, contre 48,6 % de l’ensemble de l’emploi salarié marchand non agricole. Elles sont massivement présentes dans l’hébergement, près de 54 %.

Les activités de l’hébergement et de la restauration sont également réparties sur l’ensemble du territoire, la part de ce secteur dans l’emploi salarié est compris entre 4 et 6 % excepté en Corse, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Ile-de-France où la part des activités touristiques est plus élevée.

Les marchés du travail des différents métiers de l’hôtellerie et de la restauration sont assez hétérogènes.

Dans la plupart des métiers, les difficultés de recrutement anticipées sont supérieures à l’ensemble des métiers, d’après l’enquête Besoins en main d’œuvre (2017). Les activités saisonnières importantes et les tensions sur le marché du travail compliquent souvent les ajustements entre l’offre et la demande d’emploi.

Les métiers de serveurs, d’aides de cuisine et d’employés polyvalents de restauration recrutent des personnes auparavant au chômage et de formation variée. Les cuisiniers, qui ont des compétences spécifiques, évoluent sur un marché du travail « professionnel, comme les maîtres d’hôtel et sommeliers. Les employés de l’hôtellerie sont très majoritairement des femmes, avec des niveaux de diplômes variés.

Selon les travaux de prospective des métiers et qualifications à l’horizon 2022, le nombre d’emplois dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration devrait continuer à progresser à un rythme plus soutenu que celui de l’ensemble des métiers.

Pour en savoir plus : Pôle emploi, Eclairages et Synthèses, les métiers de l’hôtellerie et de la restauration, n° 39, décembre 2017

Céline Desserre

 

Tags : secteur d’activité | hôtellerie | restauration | métier en tension | métier