Le Réseau des Carif-Oref souhaite mettre ses outils au service de la réforme et du Pic

13 Février 2018

Le Réseau des Carif-Oref veut mettre ses outils au service de la réforme et du Pic © Fotolia Plus agile depuis la révision de ses statuts, le Réseau des Carif-Oref (RCO) a défini son programme d’activité pour 2018. Son président indique que l’association doit s’impliquer dans la réforme mais en en gardant sa place et sa neutralité.

Le RCO, qui gère au niveau national l’harmonisation des bases de données statistiques emploi-formation des Carif-Oref régionaux, veut mettre ses outils au service de la réforme de la formation professionnelle et du Plan d’investissement des compétences (Pic). Ainsi, l’association veut poursuivre sa contribution au chantier « ambitieux » piloté par la DGEFP (Direction générale à l'Emploi de de la Formation professionnelle) : Agora. Fondée sur l’obligation faite aux acteurs d’échanger des informations par la loi du 8 août 2016, cette plateforme sur les entrées et sorties de formation doit les réunir avec comme objectif une meilleure interopérabilité entre leurs données. Le RCO travaille à développer son outil Offre Info, un méta-moteur, pour qu’il réponde aux attentes et aux évolutions d’Agora.

Au croisement des observatoires

Les Carif-Oref veulent proposer leurs services dans le cadre de l’évolution du Compte personnel de formation attendu par la réforme. « Nous voulons nous inscrire dans la feuille de route du gouvernement et avons déjà rencontré le Copanef, le FPSPP et le cabinet de la ministre. Nous avons une histoire d’animation et d’information. Nous pouvons contribuer à une meilleure information », indique Mario Barsamian, président du RCO, qui souligne aussi leur légitimité au croisement des données des observatoires de branche et des observatoires régionaux.

Ils pourraient également s’insérer dans le réseau des opérateurs du Conseil en évolution professionnelle. « Avec un CPF renforcé et une individualisation accrue, il faudra un médiateur afin que certains publics puissent avoir un “consentement éclairé”. Nous avons la connaissance des salariés, des conditions de travail en régions car nous avons des données socio-économiques susceptibles d’éclairer les actifs et demandeurs d’emploi pour partir en formation ».

Enfin, les Carif-Oref sont partie prenante dans la déclinaison régionale du Pic car ils siègent au Cnefop (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles). Celui-ci a été chargé de rédiger un document méthodologique à l’intention des Crefop (Comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles) pour émettre des recommandations relatives au mode d’élaboration, de suivi et d’évaluation des futurs pactes régionaux d’investissement dans les compétences (déclinaisons régionales du Pic), dans le cadre d’une concertation quadripartite.

Le RCO vient de signer une convention-cadre avec Pôle emploi. « Nous alimentons le back et le front office de Pôle emploi et nous devons améliorer l’information sur la formation (...). Pour nous, il y a un enjeu de visibilité. C’est bien de chez nous que viennent ces bases de données, et c’est bien que ça se sache. Notre logo va apparaître. Nous devons faire un gros travail d’explication sur ce que nous sommes et que nous faisons » explique Mario Barsamian.

Béatrice Delamer (Centre Inffo pour Défi métiers)

Tags : RCO | réforme de la formation professionnelle | CEP | Agora | CPF