Le nombre de seniors actifs franciliens pourrait doubler d'ici 2035

30 Mai 2019

Le nombre de seniors actifs franciliens pourrait doubler en 2035 © Fotolia L’Ile-de-France gagnerait à l’horizon 2035, selon les différents scénarios, entre 454 000 et 668 000 actifs par rapport à 2015, en majorité des seniors.

La population active d’un territoire évolue selon trois principaux facteurs : le vieillissement des actifs résidents, les migrations résidentielles et l’évolution des taux d’activité. « Les deux premiers facteurs dépendent largement des scénarios de projection démographique retenus », annoncent en préambule les auteurs de l’étude Deux fois plus de seniors dans la population active francilienne à l’horizon 2035.

Dans cette étude, menée conjointement par l'Insee Ile-de-France, la Direccte Ile-de-France et l'IAU Ile-de-France, les projections de population active sont ainsi déclinées selon deux scénarios démographiques en lien avec les projets de construction de logements de la Loi Grand Paris. Ces deux scénarios anticipent une hausse de la construction neuve par rapport à la période 2000-2015, mais se distinguent par le volume de construction : le scénario « bas » suppose la construction de 50 000 logements neufs en moyenne par an sur la période 2015-2035 ; le scénario « Loi grand Paris » suppose la construction de 70 000 logements neufs par an en moyenne (volume cible de la Loi). Ces deux scénarios supposent une stabilité de la fécondité et une hausse tendancielle de l’espérance de vie dans chaque département francilien.

Un actif sur dix aurait 60 ans ou plus en 2035

Selon le scénario retenu, l’Ile-de-France compterait à l’horizon 2035, entre 454 000 et 668 000 actifs de plus qu’en 2015. La population active francilienne serait donc comprise entre 6,64 millions (scénario bas) et 6,86 millions (scénario Loi Grand Paris).

En 2035, un actif francilien sur dix aurait 60 ans ou plus, soit presque deux fois plus qu’en 2015. En effet, les seniors représentent la majorité des actifs supplémentaires entre 2015 et 2035 en Ile-de-France (la moitié selon le scénario Loi Grand Paris, et 71% selon le scénario bas). La part des 60-64 ans parmi l’ensemble de la population active atteindrait 7,2% en 2035 quel que soit le scénario retenu, contre 4,2% en 2015. Elle serait particulièrement élevée dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

Une croissance de la population active plus forte en petite couronne, notamment en Seine-Saint-Denis

Autre enseignement de l’étude, à l’horizon 2035, la population active augmenterait dans tous les départements, sauf à Paris où elle stagnerait.

Entre 2015 et 2035, plus de la moitié des actifs franciliens supplémentaires seraient concentrés en petite couronne (55% dans le scénario bas, et même 60% dans le scénario Loi Grand Paris). 39% des actifs de la région y vivraient en 2035 (37% en 2015). À l’inverse, la part des actifs résidant à Paris, dans les Yvelines et dans le Val-d’Oise diminuerait.

La population active augmenterait le plus fortement en Seine-Saint-Denis, sous l’effet démographique, puis dans le Val-de-Marne, en raison d’un effet migratoire favorable. En Seine-et-Marne et dans l’Essonne, elle s’accroîtrait davantage que dans la région, sous l’effet conjugué des deux facteurs. A contrario, dans le Val-d’Oise et les Yvelines, la croissance de la population active serait plus faible qu’au niveau régional du fait d’un effet migratoire négatif.

Enfin, la croissance de la population active conduirait à davantage de déplacements domicile-travail en Ile-de-France, qui s'effectueraient encore plus souvent qu’aujourd’hui, en transports en commun.

Télécharger l'étude Deux fois plus de seniors dans la population active francilienne à l'horizon 2035 (Insee, avril 2019)

Jonathan Singaye

Tags : Insee | IAU | Direccte Ile-de-France | senior | statistique