Le métier de conseiller en insertion

01 Mars 2017

Le métier de conseiller en insertion © Fotolia Dans quel environnement les conseillers en insertion exercent-ils ? Quelles sont les contraintes de leur activité ? Quelles difficultés rencontrent-ils et comment y font-ils face ? Un ouvrage apporte de précieux éclairages.

Ouvrage collectif réalisé sous la direction Léa Lima (maître de conférences en sociologie, Cnam) et Christophe Trombert (maître de conférences en sociologie, université Lyon 2), Le travail de conseiller en insertion a pour ambition de proposer une description fine du métier de conseiller en insertion.

Après une présentation du contexte professionnel (caractéristiques des marchés de l’emploi, manières de recruter, instrumentalisation de la formation, dispositifs mis en œuvre), les auteurs font part, sans langue de bois, de leur analyse à partir de situations observées. Fausses évidences et paradoxes sont dénoncés.

Ils décrivent le groupe professionnel des conseillers en insertion comme fort disparate et qui a du mal à se constituer, du fait notamment de l’instabilité des politiques d’emploi. Néanmoins, les auteurs observent que le mouvement de professionnalisation « semble plutôt se construire sur une base territoriale ». Cependant, la dynamique partenariale est fragilisée par la logique concurrentielle impulsée par les appels d’offres.

Les activités spécifiques effectuées par les conseillers à l’emploi (Pôle emploi) et les conseillers en insertion, sont précisées. Les premiers ont une « activité centrale et méconnue », à savoir le traitement de l’offre d’emploi. Ils « jonglent entre plusieurs applicatifs... », au point que « 85% de la durée d’un entretien est consacrée aux manipulations informatiques ». La pratique de l’écrémage de certains publics est expliquée sans jugement, « le compromis [ entre exigences des employeurs et des financeurs et celles des usagers ] est parfois difficile, voire impossible. »

Le dernier chapitre est consacré au point de vue des usagers. Il aborde notamment le sujet de l’absentéisme aux rendez-vous, qui traduit le degré d'insatisfaction de ces derniers, selon les auteurs. Les malentendus entre les parties sont identifiés, l’injonction au projet dénoncée (Cf Jean-Pierre Boutinet, Anthropologie du projet, PUF, 2015) : « Il semble abusif de faire comme si les usagers avaient vraiment le choix de leurs projet » . Aussi, offrir de multiples occasions de s’immerger en emploi apparaîtrait fort pertinent insistent les auteurs. Enfin, toute la subtilité du métier de conseiller apparaît dans l’analyse fine des interactions entre professionnels et bénéficiaires.

En conclusion, on peut se demander, avec les auteurs, si le cœur de ce métier ne se loge finalement pas surtout dans la difficile articulation entre des dispositifs formatés, standardisés et les demandes singulières des personnes, et si les parcours ne sont pas plutôt programmés que construits avec la personne

Le travail de conseiller en insertion, sous la direction de Léa Lima et Christophe Tronchet, Edition ESF, sept 2016

Françoise Lemaire

Tags : orientation | insertion