Le funéraire, secteur porteur

12 Septembre 2018

Le funéraire, secteur porteur © Adobe Stock OGF, premier entrepreneur du funéraire, recrute de manière continue notamment en Ile-de-France et organise des cursus réglementaires pour la délivrance des diplômes.

OGF (Omnium de gestion et de financement), dont les Pompes funèbres générales sont la « marque phare », est le premier entrepreneur du funéraire en France. Il compte 6 400 collaborateurs et prévoit l’embauche de 1 000 personnes en CDI sur un an. Parmi eux, 600 porteurs ou marbriers, ainsi que 300 conseillers funéraires. En 2017, 542 collaborateurs ont bénéficié d’une promotion, « créant ainsi de très beaux parcours professionnels », indique l’entreprise. Elle cite l’exemple d’un conseiller funéraire stagiaire, Jean Ruellan, qui a gravi les échelons jusqu’à devenir l’actuel directeur du marketing et du développement d’OGF.

Les salariés sont formés par OGF à « ces métiers d’avenir, où le sens de l’humain et l’écoute sont essentiels ». Chaque année, 150 à 200 diplômes de conseiller funéraire ou de maître de cérémonie sont délivrés par le groupe.

Sur plus de 1 000 sites, agences, centres logistiques, usines, centre d’appel et siège parisien, les salariés exercent une grande diversité de métiers spécifiques au funéraire mais aussi à l’industrie du bois (vernisseur, ouvrier de production, etc.). Ou encore occupent des fonctions support propres à toute grande entreprise (acheteur, informaticien, etc.). Créé en 2010, l’Institut du management est l’université d’entreprise du groupe. Son Campus Formation propose des parcours personnalisés. Le Campus Expérience offre l’opportunité de partager les « bonnes pratiques ».

OGF est une entreprise qui recrute de manière continue et en CDI : 1 906 embauches en 2017, dont 1 300 en CDI en France. 30 % des embauches ont concerné des conseillers funéraires. Parmi les zones au sein desquelles le groupe recrute le plus figure l’Ile-de-France, avec 100 postes ouverts actuellement. Viennent ensuite les régions de l’ouest et du nord de la France.

François Boltz (Centre Inffo pour Défi métiers)

 

Tags : funeraire | formation | Ile-de-France