Le CROS Ile-de-France sonde les besoins en formation des acteurs du sport franciliens

11 Janvier 2022

© Pexels Le comité régional olympique et sportif (CROS) Ile-de-France a réalisé une consultation pour mieux connaître les attentes des salariés et bénévoles des structures sportives franciliennes en matière de formation.

Dans le cadre de la préparation de son nouveau catalogue de formation, le CROS Ile-de-France a réalisé à la fin de l’année 2021 un questionnaire en ligne pour mieux connaître les besoins des acteurs du monde du sport francilien. 

Les résultats de cette consultation, publiés sous forme d’infographie, sont à interpréter à l’aune du profil des répondants. En majorité, ceux-ci sont issus d’associations et/ou de clubs sportifs (66 %). Ils sont aussi plus nombreux à être bénévoles (59 %, pour seulement 35 % de salariés).

S’informer et financer sa formation

La newsletter « CROS Actu » est le premier moyen pour les répondants de s’informer sur l’offre de formation du CROS Ile-de-France. Ils sont 32 % à citer ce moyen d’information, contre 20 % qui évoquent leur association ou leur employeur, et 8 % qui citent le site internet du comité régional. Ceux ayant déjà participé à une formation expliquent leur choix par le prix et les thématiques proposées, mais aussi par l’image du CROS Ile-de-France ou la possibilité de suivre une formation en ligne.

Pour financer leur formation, seuls 11 % ont bénéficié d’une prise en charge par l’opérateur de compétences (Opco) de leur employeur. La source de financement de la formation provient donc en majorité d’un financement direct. Celui-ci est assuré en premier lieu par l’association, ensuite par le stagiaire lui-même (auto-financement), sinon par l’employeur sans prise en charge de l’Opco.

La formation idéale

Les acteurs du sport franciliens sont intéressés d’abord par une offre de formation portant sur le sport et la santé (54 %). Les thématiques les plus demandées concernent ensuite l’informatique, la bureautique et la communication (49 %), avant les pratiques innovantes ou inclusives pour les clubs sportifs (« le club de demain », 48 %), la vie associative et la gestion financière (43 %), et le management et l’efficacité (37 %).

Le portrait de la « formation idéale », enfin, est celui d’une formation qui se déroulerait durant les mois de février, de mars ou de novembre. Lorsque la formation est organisée en format hybride, le rythme d’une journée en semaine est préféré. Pour le format distanciel, c’est la périodicité d’une demi-journée en semaine qui est davantage plebiscitée. 

Raphaëlle Pienne (Source : CROS Ile-de-France)

Tags : centre de formation | métiers du sport | associations sportives | distanciel