Le Copanef fait des propositions pour faire évoluer le Bilan de compétences

29 Août 2017

Le Copanef fait des propositions pour faire évoluer le bilan de compétences © Fotolia Dans un rapport, les partenaires sociaux proposent notamment une redéfinition du dispositif, l’instauration d’un cahier des charges national et une harmonisation de ses tarifs.

Après un premier travail, publié en avril 2015, qui portait notamment sur l’articulation du Bilan de compétences avec le Conseil en évolution professionnelle (CEP), les partenaires sociaux poursuivent leurs réflexions sur l’avenir du dispositif.

Les membres du Comité paritaire interprofessionnel national pour l'emploi et la formation professionnelle (Copanef) ont ainsi adopté un second rapport le 4 juillet. Celui-ci détaille davantage les évolutions envisagées pour le Bilan de compétences et fait une série de propositions pour une mise en œuvre à court ou moyen terme.

Redéfinir les attendus du Bilan de compétences

Le Copanef, qui constate que les pratiques actuelles des opérateurs peuvent être très hétérogènes, propose de redéfinir les finalités et les contenus du Bilan de compétences. Pour le comité, le dispositif doit notamment permettre au bénéficiaire une « projection professionnelle ». Il doit aussi faire l’objet d’une personnalisation accrue et mieux prendre en compte les données socio-économiques.

Une proposition est également faite pour « améliorer et adapter les livrables ». Ceux-ci consisteraient en un programme personnalisé, un document de synthèse et une fiche de liaison lorsque le Bilan de compétences est proposé dans le cadre du CEP. Enfin, il est proposé de rédiger dès l’automne 2017 un cahier des charges national du dispositif.

Homogénéiser la prise en charge et les tarifs

Outre le cahier des charges national, le Copanef préconise également de construire un « référentiel qualité » du Bilan de compétences, qui lui serait annexé. Une proposition qui n’est pas sans rappeler les critères qualité qui s’appliquent désormais aux actions de formation.

S’interrogeant enfin sur le modèle économique du Bilan de compétences, les partenaires sociaux proposent des pistes de travail pour sa prise en charge. Ils avancent notamment un forfait en euros et en nombre d’heures, d’une durée de 16 heures pouvant être portée à 24 heures, dont 4 heures pour la phase préliminaire.

Consulter le rapport du Copanef sur le Bilan de compétences

Raphaëlle Pienne
 

Tags : bilan de compétences | copanef | qualité de la formation