Le CEP chez Pôle emploi : bon pour les conseillers et les demandeurs d’emploi

22 Juillet 2019

© Adobe Stock Homogénéiser les postures et les pratiques des conseillers déjà existantes et rendre les demandeurs d’emplois plus autonomes dans leurs recherches d’emploi, tels sont les principaux apports du CEP mis en œuvre par Pôle emploi en 2018.

Dans son numéro d’Éclairage et synthèses de juillet, Pôle emploi fait le bilan de la mise en œuvre du Conseil en évolution professionnelle (CEP) réalisée en 2018  par ses soins. S’il est l’un des cinq opérateurs de ce droit institué par la loi du 5 mars 2014, il délivre ses prestations uniquement aux demandeurs d’emploi. Il le fait à travers ses prestations « Guidé » et « Renforcé ». La prestation « Suivi » étant destinée aux demandeurs d’emploi autonomes, proches de l’emploi.

Bonne compréhension du CEP par les agences

Dès 2017, l’opérateur d’État a mis en place des ateliers de développement des compétences et d’échanges de pratiques pour les conseillers. Ils couvraient différents domaines, dont « orientation professionnelle et élaboration de projet professionnel », « offre de formation », « connaissance du marché du travail » et « posture du conseiller ».

Un an après, 96 % des conseillers déclarent bien comprendre le CEP (42 % « tout à fait » et 54 % « plutôt »). Ces ateliers ont aidé les agents à changer de posture, surtout ceux qui pratiquaient le conseil aux demandeurs d’emploi depuis moins de trois ans. Les plus expérimentés ont été, quant à eux, confortés dans leurs pratiques.

Autonomie des demandeurs d’emploi

70 % des demandeurs d’emploi accompagnés par les prestations « Guidé » et « Renforcé » déclarent avoir co-construit leur plan d’action avec leur conseiller Pôle emploi et 92 % se déclarent acteurs de leur parcours.

Parmi ceux qui ont bénéficié du CEP, interrogés trois à six mois après leur inscription, « près de six sur dix déclarent que leur conseiller les a aidés à devenir plus autonomes dans leur recherche d’emploi ou dans la construction de leur projet professionnel », indique l’étude. Un tiers estime que leur accompagnement les a « beaucoup » fait progresser sur la « connaissance de leurs compétences », la « connaissance de leurs intérêts et de leurs sources de motivation » et la « capacité à faire des choix, à prendre des décisions ».

Conséquence : grâce cette autonomie, certains sont allés vers un accompagnement moins intensif.

Béatrice Delamer (Centre Inffo pour Défi métiers)

Tags : CEP | demandeurs d'emploi | Pôle emploi