Le big data au service de l’orientation en voie professionnelle

16 Février 2021

Le big data au service de l’orientation en voie professionnelle © InserJeunes La DEPP et la Dares ont présenté le 9 février InserJeunes, un dispositif de mesure de l’insertion des jeunes sortant de la voie professionnelle prévu par la loi de septembre 2018.

La loi de septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » impose de rendre publics les taux d’insertion à la sortie des CFA et des lycées professionnels, le taux de poursuite d’études, d’interruption en cours de cursus, de rupture de contrats d’apprentissage ainsi que la valeur ajoutée des établissements [1]. C’est ce que propose InserJeunes, un outil développé et présenté le 9 février par les services statistiques des ministères du Travail et de l’Éducation nationale (Dares et DEPP).

Construites grâce au big data en croisant les DSN (déclarations sociales nominatives) et la base élèves de l’Éducation nationale, ces données constituent un véritable système d’information permettant d’alimenter un site internet à destination des jeunes et des familles ainsi que le travail de la recherche grâce à leur mise à disposition en open data. « Ces informations plus riches et plus justes serviront aussi aux établissements et leur permettra d’améliorer les taux de sortie qui sont importants dans le professionnel », souligne Fabienne Rosenwald, directrice de la DEPP au ministère de l’Education nationale. Des données qui ne comprennent pas pour l’instant l’insertion dans le secteur public et à l’étranger (4% du total).

Des données plus fines mais non comparables avec les précédentes

C’est une évolution majeure par rapport au précédent système qui s’appuyait sur les enquêtes IVA-IPA, coûteuses, chronophages et pouvant comporter des biais en raison des non-réponses. Le souci est que les nouvelles données sont « non comparables avec les précédentes » et qu’elles enregistrent une baisse importante du taux d’insertion mesuré (62% pour les CFA, 41% pour les lycées professionnels). Cette chute a entraîné des inquiétudes dans les CFA en décembre dernier et retardé le lancement officiel du dispositif. « Les taux d’emploi calculés avec les nouveaux indicateurs sont plus bas pour tout le monde, relativise Selma Mahfouz, la directrice de la Dares au ministère du Travail. Cela a entraîné une incompréhension de la part des CFA, habitués à de très bons taux d’insertion, de même que les indicateurs de rupture de contrat. Depuis décembre, nous avons clarifié les choses lors de nombreuses réunions avec les têtes de réseaux ainsi que de rendez-vous bilatéraux avec les CFA, et intégré énormément de leurs remarques. »

Comparer les établissements entre eux

Le site InserJeunes permet de faire des requêtes par cursus, du CAP au BTS, par région et établissement. On peut apprendre par exemple que l’ensemble des apprentis sortant du CFA de Muret (Haute-Garonne) ont un taux d’emploi de 65 % pour un taux attendu de 63 %, que les sortants du CAP peinture en carrosserie sont neuf sur dix à avoir un emploi six mois après la sortie tandis que 11 % poursuivent leurs études, alors que pour le CAP boulangerie, six apprenants sur dix sont en emploi après six mois mais que 48 % poursuivent leurs études. Les familles peuvent donc comparer les cursus, les établissements et les formations entre elles. Est-ce un risque pour les établissements les moins « performants » ? « Les écarts ne sont pas énormes entre les CFA dans une région et une spécialité donnée, répond Selma Mahfouz. Mais un CFA avec un très mauvais taux d’emploi attirera moins de jeunes et, avec le financement au contrat, la régulation du système se fera par les jeunes eux-mêmes, sans que le ministère n’ait rien à faire. C’est le principe de la réforme. 

Catherine Stern (Centre inffo pour Défi métiers)

1. La notion de valeur ajoutée tient compte du profil des jeunes, du marché du travail du territoire, afin de permettre une comparaison entre les résultats de l’établissement et ceux attendus en se basant sur des établissements comparables.

Tags : insertion | jeunes | CFA | formation professionnelle