L’aide à domicile et les Ehpad : des domaines d’activités peu attractifs pour les diplômés franciliens

28 Janvier 2014

L’aide à domicile et les Ehpad © Fotolia Face aux fortes créations d’emploi attendues dans les secteurs liés à la perte d’autonomie, Défi métiers s’est interrogé sur l’insertion des futurs aides-soignants, aides médico-psychologiques et auxiliaires de vie sociale.

A l’heure où s’annoncent de fortes créations d’emploi dans les domaines de l’aide à domicile et des Ehpad(1), ces secteurs d'activités sont également ceux qui peinent le plus à recruter. Les autres domaines liés à la dépendance (le milieu hospitalier et celui des personnes atteintes d’un handicap, notamment) bénéficient d’une image positive auprès des jeunes diplômés.
 
Les métiers de l’aide aux personnes âgées attirent peu les jeunes. Ils sont, en effet, mis en concurrence avec ceux de la petite enfance qui nécessitent le même niveau de diplôme (niveau V : CAP/BEP), s’adressent au même type de public et offrent des débouchés aussi importants.
 
Les aides-soignants préfèrent le secteur de l’hospitalisation qui bénéficie d’une meilleure reconnaissance professionnelle et offre l’opportunité d’une évolution vers le métier d’infirmier. Quant aux aides médico-psychologiques, beaucoup s’orientent vers le secteur du handicap qui jouit également d’une meilleure reconnaissance sociale et leur permet de valoriser la spécificité de leur formation.
 
Par ailleurs, l’aide à domicile est, pour certains professionnels, synonyme d’isolement, de déplacements fréquents, de temps de travail morcelés, et est perçu comme un secteur peu rémunérateur.
 
Quant aux Ehpad, ils s’efforcent de se défaire de l’image dépréciative véhiculée dans l’opinion publique depuis plusieurs décennies : équipes en surcharge, encadrement infirmier insuffisant, images de « mouroirs », tâches moins techniques, etc.
 
Pour que les postes qui seront créés puissent être effectivement pourvus, il est important de rendre attractifs ces domaines. Ceci, à la fois via une amélioration des conditions de travail mais également par le biais d’une communication conjointe des pouvoirs publics, des employeurs et de leurs représentants, et des organismes de formation.

Ces éléments sont issus d’un diagnostic emploi formation relatif aux aides-soignants, aides médico-psychologiques et auxiliaires de vie sociale confié à Défi métiers par le Conseil régional d’Ile-de-France dans le cadre du suivi du schéma régional des formations sanitaires et sociales.
 
Outre la question des difficultés de recrutement, ce rapport présente les métiers, les effectifs salariés et leurs évolutions. Il aborde aussi la question des conditions d’emplois, des besoins en professionnels diplômés et des parcours de formation. Enfin, les enjeux en termes d’emploi et de formation sont rappelés et des pistes de réflexion sont proposées.

Pour en savoir plus
 
Béatrice Pardini
 
[1] Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (appelés plus couramment « maisons de retraite »)

Tags : sanitaire et social | métiers | création d'emplois