La Région Ile-de-France organise une journée sur le Predec et ses enjeux

19 Mai 2015

La Région Ile-de-France organise une journée sur le Predec et ses enjeux © Fotolia Avec les projets de construction liés notamment au Nouveau Grand Paris, les enjeux en matière de production de déchets de chantier sont très importants en Ile-de-France pour les années à venir.

Le Conseil régional d'Ile-de-France organise, le 25 juin prochain,  une journée régionale qui sera l’occasion de rappeler les objectifs du Plan régional de prévention et de gestion des déchets issus des chantiers du bâtiment et des travaux publics (Predec), et d’échanger autour d'une stratégie régionale d’économie circulaire.
 
En application des directives européennes, la région Ile-de-France s’est en effet engagée depuis 2010 dans une démarche pilote d’élaboration d’un Predec. En juin 2014, elle a adopté l’avant-projet d'un Plan visant à garantir une meilleure prise en charge des déchets issus du bâtiment, notamment dans la perspective des chantiers liés au Grand Paris. Après avis favorable de l’autorité environnementale et retour positif de l’enquête publique, clôturée fin 2014, l'adoption finale du Plan devrait avoir lieu le 18 juin prochain.
 
Les enjeux du Predec sont multiples :

  • limiter la production de déchets ;
  • améliorer la valorisation matière à hauteur de 70 % minimum (aujourd’hui 30 %) en poids des déchets de construction/démolition d’ici 2020 ;
  • accompagner l’évolution des pratiques professionnelles depuis la gestion d’un chantier jusqu’à l’acheminement des déchets dans un centre de stockage ;
  • favoriser le développement des filières et une évolution des comportements.

Plus de 27 millions de tonnes de déchets (dont 90 % de déchets inertes) produites en 2013 en Ile-de-France, soit 10 % des déchets nationaux.
486 installations liées à la gestion des déchets inégalement réparties en Ile-de-France. Saturation des décharges prévue d’ici 2020.
Augmentation de la production de déchets de béton de démolition avec les travaux du Grand Paris (7 à 8 millions de tonnes par an d’ici 2026).

Le Predec s'appuie sur un  ambitieux programme d’actions d’ici à 2026 portant notamment sur la création en Ile-de-France de 60 centres d’élimination des déchets ; le doublement des chaînes de tri spécialisées en BTP ; la sensibilisation des aménageurs et entreprises productrices de déchets, et de leur personnel, dont les jeunes en apprentissage ; le développement de nouveaux métiers (ex : « valoriste »)  ; et la mise en place de clause « prévention, valorisation déchets » dans les marchés publics.
 
Au-delà de l’impact environnemental, des gisements d’emplois non délocalisables pourraient être développés  : selon différentes projections, 100 000 tonnes de déchets inertes contribuent à 3 emplois si elles sont enfouies contre 9 si elles sont recyclées.
Pour 10 000 tonnes de déchets dits non inertes (isolants, béton, etc.), le rapport passe de 1 emploi pour l'enfouissement à 31 emplois pour le tri de collectes sélectives.
 
En savoir plus
 
Christine Barret-Labre

Tags : filière | métier | emploi | économie circulaire