La formation au menu du comité interministériel du handicap

07 Juillet 2021

© Gouvernement.fr La prise en compte du handicap dans les référentiels de compétences des certifications professionnelles sera mise en œuvre le 1er septembre. C’est ce qu’a rappelé le 5ème comité interministériel du handicap du quinquennat, qui s’est tenu le 5 juillet.

Pour « transformer la société », tous les actifs seront formés et qualifiés pour prendre en compte le handicap dans l’exercice de leur activité professionnelle, « qu’ils soient animateurs sportifs, designers de sites internet ou DRH ». C’est l’une des avancées rappelées à l’occasion du 5ème comité interministériel du handicap (CIH) qui s’est tenu le 5 juillet. A partir du 1er septembre 2021, les enjeux de prise en charge du handicap et d’accessibilité universelle feront en effet partie des critères d’évaluation lors de l’enregistrement d’une certification professionnelle aux répertoires nationaux [1].

Cette mesure fait suite à un décret publié le 2 avril 2021 modifiant les conditions d’enregistrement aux répertoires nationaux. France compétences a diffusé en mai dernier, une note de doctrine relative à cette question. Et un expert doit être nommé au sein de la commission de la certification professionnelle pour « contribuer à l’analyse de la prise en compte du handicap dans les référentiels de compétences ».

Du mieux pour la formation

Lors de l’ouverture de ce CIH, le Premier ministre Jean Castex a donné quelques éléments de bilan, dont un meilleur accès à la formation : en 2020, 85 000 personnes en situation de handicap sont entrées en formation, contre 70 000 en 2018, grâce au plan d’investissement dans les compétences (PIC).

Les aides gouvernementales ont également offert une embellie du côté de l’emploi. Ainsi, 14 000 embauches ont été réalisées, dont 65 % en CDI. Selon Matignon, il n’y a donc pas d’effet d’aubaine liée à l’aide exceptionnelle à l’embauche de 4 000 euros, prolongées jusqu’à la fin de l’année pour les personnes handicapées. Et entre 2019 et 2020, le nombre d’apprentis en situation de handicap a augmenté de 71 % (2 496 apprentis).

Le gouvernement s’était engagé en 2020 pour une politique d’inclusion massive au sein de la fonction publique, et rappelle son engagement de recruter 1 800 apprentis en situation de handicap en 2021-2022 « afin de favoriser le développement du niveau de qualification et l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap ».

Emploi accompagné et ordinaire

Alors que l’emploi accompagné a bénéficié d’un soutien de 15 millions d’euros, il concerne 3 835 personnes avec un objectif ambitieux de 10 000 personnes à la fin de l’année 2022. Des actions lancées cet été doivent permettre une meilleure appropriation du dispositif par les personnes et les employeurs. Par ailleurs, les expérimentations de CDD tremplins et d’emploi accompagné de travail temporaire sont prolongées jusqu’au 31 décembre 2023.

Du côté des Esat [2], un plan d’action visant à favoriser, tout en les sécurisant, les parcours professionnels des travailleurs sera lancé le 1er janvier prochain. Il prévoit « la fin de l’assignation à l’Esat à vie », en permettant des parcours plus fluides entre ce type d’établissements, l’emploi accompagné, voire ordinaire, en facilitant notamment l’accès à la formation professionnelle.

Enfin, un vaste plan de formation des aidants est en cours, avec un objectif de 450 000 aidants formés d’ici 2022. À l’école, un module obligatoire de formation à l’école inclusive de 25 heures concernera tous les nouveaux enseignants à compter de la rentrée 2021.

Par Christelle Destombes (Centre inffo pour Défi métiers)

Notes
1. Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et répertoire spécifique
2. Etablissements et services d’aide par le travail

 

Tags : handicap | formation | apprentissage

Ouverture du comité interministériel du handicap (5 juillet 2021)