La filière fibre optique se mobilise pour le plan France Très haut débit 2022

14 Décembre 2018

© Adobe Stock Les partenaires de l’Engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec) 2017-2019 pour le déploiement de la fibre optique ont présenté leurs dernières actions en faveur de l’emploi et de la formation.

Connecter à grande vitesse l’ensemble du territoire français d’ici à 2022, telle est l’ambition du plan France Très haut débit (THD), initié par le gouvernement en 2013. Sans attendre ce top départ, les organisations professionnelles représentatives de la filière se sont mobilisées dès 2009 autour d’une plateforme collaborative baptisée « Objectif Fibre ». Appuyé par une étude du cabinet Ambroise Bouteille, un Engagement de développement de l’emploi et des compétences (Edec) associant opérateurs, équipementiers et installateurs, a été signé pour la période 2017-2019. Alors que la France entière devra être un territoire THD d’ici à trois ans, c’est à cette plateforme et à cet Edec que reviennent la mission d’accompagner le doublement du déploiement de la fibre, dès 2019.

Besoins immédiats et futurs

Trois missions structurent « Objectif Fibre » : valoriser la filière pour développer son attractivité et faire connaître les besoins de recrutements ; promouvoir les bonnes pratiques ; labelliser les centres de formation qui proposent une offre de qualité. Rapporteur formation de l’Edec, Laurence Veisenbacher précise que plus de 22 000 emplois sont nécessaires à la tenue des objectifs, ce qui suppose d’accueillir chaque année une moyenne de 3 800 nouveaux entrants dans le secteur. Pour y parvenir, quatre voies soutenues par 1,5 million d’heures de formation, sont mobilisées : le recrutement externe, l’intérim, la mobilité interne et la polycompétence.

La particularité du chantier THD est de mobiliser de très nombreux métiers et compétences, dont certains en tension. Alors que les besoins d’ici à 2025 nécessitent de renforcer les compétences indispensables au déploiement THD, Laurence Veisenbacher souligne que les acteurs de la filière ont à cœur de raisonner « employabilité durable » (...). Aussi, la cartographie des métiers du secteur et les 26 fiches métiers, réalisées dans le cadre d’« Objectif Fibre », sont-elles complétées d’une « cartographie des passerelles ». Objectif : intégrer des informations sur l’évolution des besoins et les mobilités envisageables, avec mention des écarts de compétences à combler.

Harmoniser l’offre

Les études 2016-2017 du cabinet Ambroise Bouteille l’ont montré, l’offre de formation aux métiers de la fibre optique est étendue (six diplômes, une quarantaine de titres et certificats, plus de 150 formations courtes de perfectionnement), mais inégalement répartie. Afin de garantir cette opérationnalité, « Objectif Fibre » propose un label destiné à garantir la pertinence des plateaux techniques de formation. Plaidant pour l’harmonisation et la stabilisation qualitative de l’offre, Didier Cazes explique que « le but est de labelliser une quarantaine de centres » (...).

Pack Fibre : la réponse Constructys
Philippe Guez, secrétaire général Ile-de-France de Constructys, l’Opca de la construction, a, lui, présenté Pack Fibre, une offre de formation modulaire à l’attention des TPE-PME. Expérimentée courant 2019 dans six régions pilotes*, le Pack Fibre proposera une offre de formation certifiante destinée prioritairement aux jeunes et demandeurs d’emploi, et une offre de stages courts de perfectionnement visant les salariés en poste. Conçu pour s’adapter aux contraintes des entreprises, le dispositif prévoit des « parcours à la carte, fondés sur les technicités-clés ».

Le site Objectif Fibre : www.objectif-fibre.fr/

Nicolas Deguerry (Centre Inffo pour Défi métiers)

* Ile-de-France, Bretagne, Corse, Normandie, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Tags : Edec | formation | fibre optique