JO 2024 : la charte Solideo au service des emplois en Seine-Saint-Denis

10 Juillet 2018

© Adobe Stock La charte en faveur de l’emploi et du développement territorial adoptée le 5 juillet par la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) a été présentée à la ministre du travail, Muriel Pénicaud.

Ils sont une quinzaine de jeunes décrocheurs, âgés de 16 à 25 ans, debout derrière leurs bureaux, au Campus des métiers et de l’artisanat de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Muriel Pénicaud, ministre du Travail, entourée de Laura Flessel (Sports) et Julien Denormandie, secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, venus présenter La Charte en faveur de l’emploi et du développement territorial, écoutent leurs parcours et délivrent des encouragements, jeudi 5 juillet.

Un Malien arrivé en France il y a un an explique dans un français parfait son souhait de devenir électricien. Une jeune fille de 17 ans, qui a arrêté l’école il y a deux ans, raconte comment le dispositif Masterclass 93 [1] lui a redonné confiance. Ce programme de soutien des jeunes décrocheurs assure une remise à niveau générale, la découverte des métiers sur l’un des 22 plateaux techniques du campus, jusqu’à la conclusion d’un contrat d’emploi ou d’alternance.

Des emplois pour les personnes en difficulté

Muriel Pénicaud, qui veut développer des préparations à l’apprentissage dans le cadre du Plan d’investissement pour les compétences (Pic), reconnaît le caractère innovant de ce dispositif qui devrait « être multiplié à grande échelle et l’occasion, c’est les Jeux olympiques ». La charte adoptée le 5 juillet par la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) doit « permettre à des jeunes, des demandeurs d’emploi, des seniors, des personnes en situation de handicap, d’accéder à l’emploi », estime-t-elle.

Cette charte prévoit une clause d’insertion de 10 % des heures travaillées pour tous les marchés publics et privés - clause qui a été élargie aux apprentis et aux habitants des Quartiers prioritaires de la ville (QPV) - et le soutien aux TPE/PME qui doivent représenter 25 % des marchés. Un comité départemental de suivi sera créé et des pénalités sont prévues.

Cartographie des besoins et formation

Tony Estanguet, champion olympique de canoë et président du Comité d’organisation de Paris 2024, a rappelé l’existence de la charte sociale signée avec tous les partenaires sociaux et le souhait de créer des « Jeux inclusifs et solidaires ». La charte Solideo en découle, pour la réalisation de 37 ouvrages, dont le village olympique, celui des médias et le centre aquatique olympique, tous en Seine-Saint-Denis. D’ici la fin de l’année, une cartographie de l’ensemble des besoins d’emploi devrait être réalisée, avec l’aide de France Stratégie avant de mettre en place les dispositifs de formation adéquats.

Muriel Pénicaud a précisé que dans le cadre du Pic, une enveloppe serait dédiée aux JO et que Pôle emploi devrait coordonner l’adéquation formations-besoins en compétences. L’enjeu est de taille : 250 000 emplois pourraient être créés, dans plusieurs secteurs. Bâtiment, certes mais aussi tourisme, restauration, sécurité ou marketing. Et le défi à relever important. Mais les ministres appellent à « l’esprit d’équipe », car pour Julien Denormandie, « si en Seine-Saint-Denis, les jeunes des quartiers voient le train des Jeux olympiques et paralympiques passer sans en profiter, ce serait un échec de la Nation de manière générale ».

Christelle Destombes (Centre Inffo pour Défi métiers)

Notes

[1] Ce dispositif porté par la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Seine-Saint-Denis est soutenu par l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes, cofinancé par le Fonds social européen.

Tags : quartiers prioritaires | jeunes | demandeurs d'emploi | insertion professionnelle | seniors