Interview : Nicolas Dupain, président de France Immersive Learning

08 Juin 2020

© Défi métiers L'asssociation dédiée aux technologies immersive en situation pédagogique lance une campagne d'adhésion.

France Immersive Learning veut permettre aux acteurs des domaines de l’orientation, l’éducation, la formation, la culture et la collaboration au travail de s’approprier les technologies immersives au profit du développement des compétences du plus grand nombre. « Nous avons créé ce pôle de compétences qui est composé de deux structures qui sont très articulées : une association qui a vocation à fédérer les acteurs, faire émerger des besoins et l'Immersive Learning Lab, qui est le bras armé de cette association et qui a pour mission de répondre à ses besoins en produisant les savoirs, les savoir-faire et l'expertise technologique qui va permettre le passage à la massification des usages », explique Nicolas Dupain, président de France Immersive Learning et fondateur de l’Immersive Learning Lab.

Pour lui, l’intérêt de ces technologies d’apprentissage est indéniable. « Lorsque vous êtes immergés dans une situation par un casque de réalité virtuelle, donc coupé du monde réel, cette immersion sur votre cerveau est parfois si intense que vous pensez que c'est la réalité. C’est là où est la vraie force dans ses outils d’apprentissage, c'est qu'on est dans une quasi-réalité et que ce que l'on y fait imprègne notre notre psyché (…). On connaît les bénéfices des simulations depuis très longtemps : les pilotes d'avion utilisent des simulateurs pour se former à leur métier et ça ne remplace pas la réalité, par contre ce sont des outils extrêmement puissant pour préparer des activités, découvrir des métiers mais aussi pour communiquer ou collaborer en ayant un réel sentiment de présence les uns avec les autres », argumente-t-il.

Aussi, l’association lance une campagne d’adhésion destinée à « tous les acteurs, les universités, l’enseignement initial et secondaire, les organismes de formation, les services learning de toutes les entreprises et ce qu'on peut appeler les partenaires socio-économiques et les prescripteurs que sont les associations et les fédérations professionnelles, ainsi que les acteurs publics qui ont une vraie capacité d'action sur leur territoire. En tous cas, tous les acteurs qui aujourd'hui prennent la mesure de la véritable révolution pédagogique qui peut être portée par l'utilisation de ces outils », conclue Nicolas Dupain.

Les cotisations permettront notamment de développer le portail de référence francophone de l’immersive learning, « une très grande base de connaissances avec toutes les informations techniques pédagogiques, de veille, d'évaluation des matériels, des expériences, de connaissances, etc. Cela va permettre à l'ensemble de la communauté francophone qui s'intéresse à l’immersive learning de trouver dans un seul endroit l'information dont elle a besoin pour pouvoir se saisir de ce sujet dans les meilleures conditions possibles ».
 
Retrouvez l'interview dans son intégralité en vidéo ci-dessous.

Tags : réalité virtuelle