Intégration des réfugiés : vers une meilleure coordination

15 Mars 2019

Intégration des réfugiés : une meilleure coordination recherchée © Les Grands Voisins L'appel à projet national 2019 de la politique d'intégration des étrangers primo-arrivants s'inscrit dans les pistes d'amélioration citées par le rapport de l'OCDE sur l'intégration des réfugiés et autres publics vulnérables.

Suite aux « 72 propositions » du rapport Taché et aux orientations du Comité interministériel à l'intégration, la loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration choisie » du 10 septembre 2018 insiste sur l'accompagnement dans l'orientation professionnelle pour améliorer l'insertion professionnelle et sociale des primo-arrivants, signataires du Contrat d'intégration républicaine.

Des moyens importants sont activés au niveau national et territorial pour mobiliser l’ensemble des acteurs qui agissent pour l’intégration des étrangers primo-arrivants et des bénéficiaires de la protection internationale.

Les recommandations de l'OCDE

Le rapport « Mieux intégrer les publics vulnérables » publié en janvier 2019 dresse un bilan comparatif des politiques d'intégration dans les pays de l'OCDE depuis 2007. Notant des améliorations, il souligne également des faiblesses et propose des pistes de travail pour aider l'ensemble des immigrés à participer économiquement et socialement aux sociétés d'accueil.

A ce titre, la France est interpellée sur plusieurs axes :

  • elle doit intensifier les efforts pour aider les réfugiés et autres migrants vulnérables à trouver un emploi et à le garder ; il faut pour cela renforcer la transparence et la simplicité des voies d’accès à l’emploi, rationaliser l’aide à l’emploi, développer la reconnaissance des compétences et les cours de langue ;
  • elle doit travailler plus étroitement avec les multiples parties prenantes concernées par l’intégration des migrants, y compris la société civile, le secteur privé, les partenaires sociaux et les organismes publics infranationaux ; les employeurs ont un rôle essentiel à jouer.

Un appel à projet national recentré

Au sein de la Direction générale des étrangers en France (DGEF), la Direction de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité (Daaen) est chargée de définir et mettre en œuvre la politique publique d’accueil et d’intégration des personnes étrangères arrivant en France et souhaitant s’y installer durablement. L’étranger primo-arrivant, engagé dans un parcours d’intégration républicaine de 5 ans, bénéficie de formations civique et linguistique et d’une orientation vers les services de proximité, délivrées par l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Ce contrat s’articule avec des actions d’accompagnement sociales, professionnelles, linguistiques, etc.

L'Appel à projet national 2019 pour l’intégration des primo-arrivants s’inscrit dans ce contexte. Il est recentré sur des actions structurantes, innovantes et d’envergure nationale, et organisé avec un calendrier assoupli. Les actions localisées sur un territoire ne sont plus portées par l’échelon central mais par le niveau local (appels à projets lancés par les services déconcentrés de l’État).

Les orientations prioritaires portent sur la formation linguistique des primo-arrivants, l'appropriation des valeurs et principes et l'accès à l'emploi notamment grâce à l'accompagnement global.

Les actions ainsi financées pourraient utilement porter sur des propositions du rapport : reconnaissance rapide des qualifications, meilleure intégration des femmes sur le marché du travail, éducation et qualification des mineurs isolés, etc.

Christine Barret-Labre

Tags : OCDE | Daaen | Intégration | primo-arrivants | refugiés