Insertion : des dispositifs pour favoriser la mobilité des jeunes en Ile-de-France

05 Janvier 2016

Insertion : des dispositifs pour favoriser la mobilité des jeunes en Ile-de-France © Fotolia Les jeunes franciliens inscrits dans un parcours d’insertion peuvent bénéficier d’aides pour accéder aux transports publics ou pour obtenir leur permis de conduire.

Suivre une formation, se rendre à un entretien d’embauche, ou encore pouvoir se rendre à son emploi lorsqu’il s’effectue en horaires décalés : la question de la mobilité se retrouve souvent au cœur des différentes étapes de la démarche d’insertion. Pour lever le frein, souvent financier, de l’accès des jeunes aux solutions de transport, trois dispositifs ont été mis en place en Ile-de-France.

Gratuité des transports pour les jeunes en insertion

Les jeunes âgés de 16 à 25 ans inscrits dans les dispositifs du Programme régional qualifiant compétences (PRQC), Avenir Jeunes (Pôles de projet professionnel ou Espaces dynamiques d’insertion) ou Ecole de la 2ème chance (E2C), bénéficient de la gratuité des transports collectifs durant la durée de leur formation.

Accompagnés par leur organisme de formation, les jeunes stagiaires peuvent effectuer leur demande de gratuité auprès de l’Agence solidarité transport d’Ile-de-France.

Chèques mobilité

Les jeunes accueillis par une mission locale et qui sont engagés dans un parcours d’insertion peuvent bénéficier de chèques mobilité afin de financer l’achat de billets ou de forfaits d’accès aux transports publics franciliens.

D’une valeur de 4 euros ou de 8 euros, ces chèques sont attribués aux jeunes par la mission locale en fonction du besoin de mobilité (déplacement pour un entretien d’embauche ou une visite médicale, suivi d’un stage ou d’une formation non rémunérée, financement des déplacement lors du premier mois d’emploi ou de formation, etc.).

Aide à l'obtention du permis de conduire

Cette aide régionale est mise en œuvre par certaines missions locales franciliennes. D’un montant de 600 euros maximum, elle permet un cofinancement (en complément d’un financement personnel et d’autres aides financières) de l’acquisition du permis B pour les jeunes de 16 à 25 lorsque leur projet professionnel  le nécessite.

Pour bénéficier de cette aide, les jeunes ne doivent pas être en capacité de financer la totalité de leur permis et  avoir un projet de métier ou d’emploi s’inscrivant dans un domaine sélectionné (aide à la personne, hôtellerie-restauration, sécurité, BTP, etc.) ou devant s’exercer en horaires décalés. L’aide leur est attribuée après évaluation de leur capacité à réussir le permis de conduire (ne pas être en situation d’illettrisme ou avoir de contre-indication médicale) et se double d’un accompagnement vers l’emploi une fois le permis B obtenu.

Raphaëlle Pienne

Tags : mobilité | jeunes | Ile-de-France