Handicap : la métallurgie et l’Agefiph veulent former davantage de jeunes

06 Février 2019

Handicap : la métallurgie et l’Agefiph veulent former davantage de jeunes © Pixabay L'UIMM - La Fabrique de l’avenir et l’Agefiph ont signé, le 30 janvier, une convention de partenariat afin d'améliorer l’emploi des personnes handicapées dans l’industrie, d'augmenter le nombre de formés et de développer l’apprentissage.

Faciliter l’accès des personnes handicapées aux formations, à l’alternance et aux certifications proposées par l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) en trois ans. C’est l’objectif que l’organisation professionnelle vient de s’assigner, en signant avec l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), une convention de partenariat pour développer des actions de formation sur l’ensemble du territoire national.

Un plan d’action pragmatique et opérationnel

Ce texte s’inscrit dans la lignée d’un accord de branche signé en décembre 2013. Outre la rédaction de guides à destination des entreprises, il avait déjà permis, notamment, de désigner deux référents handicap nationaux au sein de l’UIMM et de renforcer le recours à l’alternance et à l’intérim pour recruter des personnes handicapées. « Nous voulons aller plus loin, explique David Derré, directeur emploi et formation. Nous voulons mettre en place un plan d’action triennal pragmatique et opérationnel. Notre but consiste à descendre au niveau du terrain, du territoire. »

Concrètement, le premier objectif va être de doter les 59 chambres syndicales de l’UIMM - La Fabrique de l’avenir et ses 32 pôles de formation- de leur propre référent handicap. Une décision qui s’inscrit dans le droit fil de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel, qui oblige chaque Centre de formation des apprentis (CFA) à en désigner un. Pour l’heure, l’UIMM en a 51, soit un peu plus de 50 % de l’effectif.

Des référents professionnalisés

Ils seront choisis sur la base du volontariat. Et L’UIMM prévoit de les professionnaliser, au moyen de modules de formation spécifiques qu’elle va créer à cet effet. Autre innovation : d’autres modules pour sensibiliser les entreprises à l’accueil de salariés handicapés.

L’UIMM - La Fabrique de l’avenir forme chaque année 26 000 apprentis et elle représente 42 000 entreprises de la métallurgie, de l’automobile, de la construction navale, de l’aéronautique... Autant dire que sa force de frappe est grande, et que son implication dans la formation de jeunes, du CAP au niveau ingénieur, peut favoriser l’emploi de personnes handicapées. D’autant qu’avec un taux d’emploi à 3,6 % de ses collaborateurs, au lieu des 6 % que prévoit le quota mis en place par la loi de 1987, elle possède, encore, de belles marges de progrès en matière d’insertion et de maintien dans l’emploi.

Sophie Massieu (Centre Inffo pour Défi métiers)

 

Tags : UIMM | fabrique de l'industrie | agefiph | personnes handicapées | alternance