Formateur, un « métier en tension »

29 Octobre 2020

Formateur, un « métier en tension » © Christina Morillo (Pexels) Les formateurs et animateurs de formation continue, de même que les moniteurs d'auto-école, font partie des 75 « métiers en tension » identifiés par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a transmis aux partenaires sociaux, le 19 octobre dernier, une liste de métiers en tension qui doit leur permettre de préparer les travaux prévus sur le sujet dans le cadre de l’agenda social 2020-2021

Cette liste, établie à partir de travaux de la Dares et de Pôle emploi, a permis d’identifier 75 métiers potentiellement en tension dans 18 secteurs professionnels.

Avec un effectif moyen de 122 367 emplois salariés sur la période 2011-2019, le métier de formateur, qui englobe les métiers de « Formateurs et animateurs de formation continue » et de « Moniteurs d’école de conduite », apparaît comme fortement en tension (indicateur de niveau 4 sur une échelle de 5). Il est caractérisé par des intentions d’embauche importantes (4 sur 5) et un manque de main d’œuvre disponible marqué (3 sur 5).

Selon l’étude, les formateurs sont confrontés à une certaine précarité (la « non-durabilité de l’emploi », qui renvoie au nombre de postes proposés en contrats courts ou à taux partiel, s’établit à 3 sur 5). Par ailleurs, le lien formation-emploi est faible (1 sur 5). 

Enfin, ni la répartition départementale des offres d’emploi et des demandes d’emploi, ni les « conditions de travail contraignantes », ne semblent problématiques pour cette famille professionnelle (respectivement 2 sur 5 et 1 sur 5).

Télécharger la liste des métiers en tension établie par le ministère du Travail
En savoir plus sur les tensions sur le marché du travail en 2019 (Etude Dares, octobre 2020)

Patricia Holl

 

Tags : métiers en tension | formateurs