Expérimentation de la formation en situation de travail : un premier bilan prévu pour 2018

21 Juin 2017

Expérimentation de la formation en situation de travail : un premier bilan prévu pour 2018 © Fotolia Onze Opca expérimentent actuellement des formations en situation de travail dans des TPE-PME au profit des publics les moins qualifiés.

Lancée en 2015, l’expérimentation Formation en situation de travail (Fest), pilotée par le Cnefop, le Copanef, la DGEFP (Direction générale à l'emploi et à la formation professionnelle) et le FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) est dans sa dernière ligne droite. Fin 2017, 21 projets menés par 11 Opca arriveront à leur terme, ce qui permettra de tirer un premier bilan d’une « approche innovante qui peut favoriser le développement de compétences et l’accès à la certification des salariés qui bénéficiaient peu de la formation », selon Christian Lajoux, Président du Copanef.

Le rôle des Opca

Les Opca participent à cette expérimentation « dans le cadre des missions et services de proximité qu’ils assurent auprès des entreprises en leur offrant l’opportunité de tester auprès d’employeurs volontaires de TPME ce format de formation », indique la DGEFP dans la Lettre de l’expérimentation Fest publiée en mai dernier. Ces formations au au sein de l’entreprise sont constituées d’au moins deux séquences articulées :

  • une mise en situation de travail, préparée et organisée à des fins de formation ;
  • un temps dit « réflexif » qui permet d’analyser l’action et d’asseoir les apprentissages.

Les effets constatés des Fest sont positifs selon la DGEFP. La Lettre informe notamment sur l’expérimentation menée par l’Opca Transports et services qui voit « un vrai enjeu à former les agents de propreté en situation de travail ». « Ces modalités pédagogiques alternatives pourraient permettre d’alimenter l’appétence à la formation, pour un public de premier niveau de qualification », affirme Transports et services.

Un bilan attendu début 2018

Les  projets sont suivis et capitalisés par le réseau Anact-Aract, afin de déterminer les contours des Fest qui permettraient d’assurer leur dimension effectivement apprenante. Un bilan final sera établi au début de l’année 2018, afin « de nourrir la réflexion collective sur la définition d’un cadre juridique susceptible d’assurer la généralisation et le financement des Fest ».

Une question reste entière au sujet de la Fest : si elle promet un parcours de formation et une montée en compétences, quelle reconnaissance peut-on en attendre du côté du référent et de celui de l’apprenant ? En pratique, l’employeur signe un protocole d’engagement, prenant ainsi connaissance des compétences que le salarié possède et va développer. Cette trace écrite pourrait contribuer à faire reconnaître autant la démarche de formation de l’employeur que l’acquisition de compétences par l’apprenant. Aussi, s’agira-t-il d’un nouveau dispositif finançable en réponse à l’impression qu’ont les entreprises d’avoir « perdu » leur budget de formation ?

Télécharger la lettre de l'expérimentation Fest

Jonathan Singaye
 

Tags : fest | formation en situation de travail | Opca | DGEFP