Évaluer la formation : une problématique qui monte

19 Décembre 2019

Évaluer la formation : une problématique qui monte © Pixabay Les entreprises sont de plus en plus sensibles à la question de l’évaluation de la formation. C’est ce que montre la 3è édition du baromètre des pratiques de l’évaluation de la formation réalisée par Talentsoft.

L’évaluation de la formation, qui permet de l’améliorer et de l’optimiser, était au cœur d’un webinaire sur les « pratiques d’évaluation de la formation en entreperise » animé par Pierre de Champsavin (Product marketing manager learning, Talentsoft) et Michal Diaz (directeur associé, Féfaur) le 12 décembre.

Pour le moment, l’évaluation de la formation se réduit bien souvent à une fiche de satisfaction remplie par les apprenants à la fin d’un stage. Mais les choses pourraient évoluer rapidement. En effet, parmi le Top 4 des indicateurs figurant dans le tableau de bord de la formation, ceux portant sur les efforts de formation (coût, volume d’heures, répartition entre les diverses populations de l’entreprise) sont de moins en moins perçus par les directions formation comme des indicateurs clés (79 % en 2019 contre 86,2 en 2017).

Évaluer l’impact de la formation

En revanche, les indicateurs d’impact de la formation sur les performances opérationnelles sont désormais au cœur des préoccupations. En 2019, 44,5 % des responsables de formation les considèrent comme essentiels contre 34,3 % il y a deux ans. « Les directions formation cherchent de plus en plus à savoir ce sur quoi la formation a un impact et à partager ces données avec les responsables opérationnels », explique Michel Diaz, directeur associé de Féfaur. En évaluant la formation, l’objectif est de mieux coller aux besoins de compétences de l’entreprise mais aussi de fidéliser les collaborateurs en en les aidant à gérer leur carrière et en leur prouvant que leur employabilité est préservée.

Enquêtes préalables

La digitalisation de la formation est considérée comme la première réponse aux enjeux d’évaluation et l’absence de plateforme LMS constitue l’un des principaux freins. Mais elle ne suffit pas. Pour que les résultats de la formation puissent être évalués, l’approche doit être cohérente. Près de 62 % des directions de la formation n’évaluent jamais les connaissances des collaborateurs… avant la formation. « Or, sans définition d’un point de départ impossible de savoir si les collaborateurs ont progressé… Il serait important de généraliser les enquêtes préalables à la formation concernant les connaissances et les compétences des salariés », rappelle Michel Diaz.

Stratégie d’évaluation

C’est dire s’il est essentiel de créer une stratégie d’évaluation globale avant de se lancer. Celle-ci doit porter sur la méthode et les outils nécessaires à l’évaluation mais aussi sur l’éthique de l’évaluation. Les questions de confidentialité des données et de leur impact sur les carrières doivent être abordées.

Par ailleurs, note Pierre de Champsavin, Product Marketing Manager Learning chez Talentsoft, « pour que les évaluations soient pertinentes, l’implication des managers opérationnels dans la formation doit être bien plus importante ». Il est donc essentiel qu’une autre dynamique entre services de formation et services opérationnels se mette en place. 

Mireille Broussous (Centre inffo pour Défi métiers)

 

Tags : formation | évaluation | qualité | entreprise