Emploi, formation : la Commission européenne présente ses recommandations pour la France

02 Juin 2016

Emploi, formation : la Commission européenne présente ses recommandations pour la France © Commission européenne Dans le cadre du paquet « Semestre européen » du printemps 2016, la Commission européenne propose l'édition 2016 de ses recommandations par pays. La France doit notamment favoriser le recours au CDI.

La Commission européenne (CE) a publié le 18 mai ses recommandations par pays, qui proposent aux États membres des orientations économiques pour les 12 à 18 prochains mois.

Pour la France, la CE note que « la transition de l’école au travail reste difficile » et que « les jeunes les moins qualifiés sont les plus touchés. » L’apprentissage est en baisse chez les peu qualifiés, dans un contexte où les stratégies régionales varient et le système peine à s’adapter aux nouveaux besoins économiques.

L’offre de formation pour les chômeurs les moins qualifiés et les employés des PME est jugée insuffisante malgré les réformes en cours et le nouveau plan de formation ciblé sur les chômeurs (plan « 500 000 formations supplémentaires », ndlr).

Enfin, la CE estime que la coopération entre les différents acteurs impliqués dans la formation professionnelle n’est pas satisfaisante.

Favoriser le CDI

Soulignant que la structure du marché du travail français « est de plus en plus polarisée, avec d’un côté des travailleurs hautement qualifiés embauchés sur des contrats à durée indéterminée (CDI) et d’un autre des emplois peu qualifiés de plus en plus précaires », la CE recommande à la France de réformer son droit du travail afin d'inciter les employeurs à embaucher des contrats à durée indéterminée.

Le cadre juridique régissant les contrats de travail, notamment la législation sur le licenciement pour les CDI, peut en effet constituer un facteur aggravant en matière de segmentation du marché du travail, indiquent les commissaires.

Réformer l’assurance chômage

La CE renouvelle également son appel à une réforme du système d'assurance chômage avec pour objectif de parvenir à un système « viable ». « La conception du système d’indemnisation chômage, quand on regarde les critères d’admissibilité et la dégressivité, peut affaiblir les incitations au retour au travail », estiment les commissaires, estimant que le mode actuel de calcul des indemnités « favorise une succession de CDD à plein-temps plutôt que des emplois à temps partiel à plus long terme. »

Mieux prendre en compte les aspects sociaux

La Commission note tout de même que les États membres progressent dans leurs réformes et dans la correction des déséquilibres macroéconomiques. « Dans un monde du travail en mutation rapide, nous devons continuer sur la voie des réformes, avec les États membres et les partenaires sociaux. Le chômage est en baisse, mais il reste beaucoup à faire » a déclaré Marianne Thyssen, commissaire européenne chargée de l’emploi, des affaires sociales, des compétences et de la mobilité des travailleurs. Ce n’est qu’en veillant à une meilleure prise en compte des aspects sociaux dans tous les domaines politiques de l’Union européenne que nous construirons réellement une Europe sociale. »

Pour aller plus loin

Christophe Lacôte

Tags : europe | actualité emploi-formation | réforme de la formation professionnelle | chômage | CDI