Défi métiers publie un diagnostic sur les publics "fragiles" franciliens

19 Mars 2019

© Burst Réalisé dans le cadre des travaux préparatoires au Pacte régional du Plan d’investissement dans les compétences, Défi métiers publie un diagnostic sur les publics "fragiles" en Ile-de-France.

Dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences (Pic), l’Etat a souhaité faire contribuer les territoires et a lancé, en juin dernier, un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) à destination des Conseils régionaux afin qu’ils formulent, avec l’appui des Direccte "des propositions de transformation du système de formation professionnelle" qui permettent de :

  • Développer des formats pédagogiques adaptés aux Neet* et demandeurs d’emploi peu qualifiés ;
  • Les construire dans une logique de parcours ;
  • Répondre de façon plus agile et plus coordonnée aux besoins des entreprises et des territoires ;
  • Engager les opérateurs de formation dans une réingénierie des parcours de formation et de la pédagogie.

La Direccte et la Région Ile-de-France ont souhaité répondre à l’AMI. Dans le cadre de leur réflexion la Direccte a demandé à Défi métiers de réaliser un diagnostic sur les publics "fragiles", cible prioritaire des actions développées dans le Pacte régional. L’objectif est à la fois de quantifier ce public mais aussi de mieux comprendre les freins qui l’empêchent d’accéder à la formation et à terme, à l’emploi.

Le diagnostic est organisé en trois grandes parties :

Une première clarifie la notion de public "fragile" et fournit les premiers éléments de quantification et d’évolution dans le temps. En 2017 environ 570 000 Franciliens sont concernés : 436 984 Demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) peu ou pas diplômés (en moyenne sur 2017) et 129 268 jeunes Neet (jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni étudiants, ni stagiaires de la formation continue), peu ou pas diplômés (dans le recensement de la population 2013-2017).

Une seconde partie analyse le rôle "accélérateur" de la formation professionnelle dans l’accès ou le retour à l’emploi et présente également les premières données sur l’accès à la formation des demandeurs d’emploi peu ou pas diplômés.

Enfin, une troisième partie présente les freins et leviers d’action possibles à l’accès à la formation. Il existe des freins inhérents à la personne, déjà documentés dans de nombreuses analyses, comme le logement, la faiblesse des ressources, la difficulté avec la langue, mais aussi l’illectronisme ou le "rejet" de l’éducation. Il existe également des freins liés au système de formation et d’orientation où la concurrence entre dispositifs ou structures d’accompagnement, les modes d’achat de formation peuvent pénaliser les plus fragiles.

Des exemples d’expérimentations ou de dispositifs viennent illustrer les leviers possibles. En complément, une annexe fait le point sur quelques actions innovantes ou pertinentes recensées au cours des différentes étapes du diagnostic.

Pour en savoir plus  :

Itto Mousset
 
* Not in education, employment or training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire)

Tags : Défi métiers | diagnostic | public fragile | accompagnement | formations