Décrochage scolaire : la part des jeunes sans diplôme se réduit

11 Décembre 2015

Décrochage scolaire : la part des jeunes sans diplôme se réduit © Fotolia Un peu plus de 10 % des jeunes quittent le système scolaire sans diplôme, selon la Depp. La situation du décrochage scolaire varie néanmoins fortement selon les territoires.

En 2011, 10,5 % des jeunes de 16 à 25 ans ont quitté le système scolaire sans diplôme (hors diplôme national du brevet) selon une note d’information publiée ce mois de décembre par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp). Cette part a diminué de 0,6 points par rapport à 2006, où elle s’élevait à 11,1 % des jeunes. Une baisse qui pourrait être expliquée, selon la Depp, par la diminution des redoublements et par une plus grande fluidité des parcours au collège et au lycée.

A noter : les filles sont en proportion moins nombreuses que les garçons à arrêter leurs études avant d'avoir obtenu un diplôme (9 % contre 11,9 %).

Une forte hétérogénéité selon les territoires

La répartition des jeunes en décrochage scolaire est inégale, constate la Depp. Hors Paris, les académies où la part des jeunes sans diplôme est très faible se concentrent dans l’Ouest et le Sud de la France (hors pourtour méditerranéen). Dans les autres académies, la proportion de jeunes décrocheurs peut atteindre des niveaux très élevés, notamment dans celles d’Amiens, de Corse ou des départements d’outre-mer (Dom) où elle est supérieure à 14 %.

Au sein même des académies, les situations peuvent être très différentes d’un département à l’autre. L’académie de Dijon est celle qui présente l’écart maximal, avec 7,7 % de jeunes sans diplôme en Côte-d’Or contre 15,1 % dans l’Yonne. De manière générale, la Depp constate une corrélation entre le décrochage scolaire et la situation sociale et économique des territoires, les départements combinant fort taux de chômage et faible niveau de vie des ménages étant très souvent ceux dont les jeunes sont davantage qu’ailleurs sans diplôme.

L’académie de Paris se distingue par un très faible taux de décrochage

En Ile-de-France, l’académie de Paris affiche une part de jeunes sans diplôme de seulement 4,9 %. Ce très faible taux de décrochage s’explique par la situation particulière de cette académie, où de nombreux jeunes viennent pour continuer leurs études supérieures et débuter leur vie active. Les académies de Versailles et de Créteil affichent quant à elles une part de jeunes sans diplôme de respectivement 9,1 % et 12 %.

Parmi les départements franciliens, quatre se situent en dessous de la moyenne nationale de 10,5 % de jeunes sans diplôme : Paris et les Hauts-de-Seine (moins de 8 % chacun),  le Val-de-Marne et l’Essonne (respectivement 8 % et 10,4 %). Trois autres départements sont au dessus de cette moyenne : le Val-d’Oise et la Seine-et-Marne, avec une part de jeunes sans diplôme se situant entre 10,5 % et 12,9 %, et la Seine-Saint-Denis, où cette part est supérieure à 13 %.

Consulter la note d’information de la Depp

Raphaëlle Pienne

Tags : décrochage scolaire | Ile-de-France