Compte personnel d’activité : une « utopie concrète »

03 Février 2017

Compte personnel d’activité : une « utopie concrète » © Fotolia Depuis le 12 janvier, 88 000 personnes ont ouvert leur Compte personnel d'activité. Le portail évolutif dédié à ce dispositif a été présenté le 30 janvier en présence de Madame la ministre Myriam El Khomry.

C'est le Liberté Living Lab, nouvel espace de « coworking » parisien dédié à la « Tech for good », la tech pour le bien commun, que la ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Myriam El Khomri, a choisi pour présenter le portail moncompteactivite.gouv le 30 janvier dernier.

L’objectif du Compte personnel d'activité (CPA) a été brièvement rappelé par les représentants de la Caisse des dépôts : faciliter le recours aux dispositifs dont chaque français pourrait avoir besoin tout au long de sa vie, c’est-à-dire « créer de la continuité des droits face à la discontinuité des parcours » comme l'a rappelé dans sa conclusion la ministre.

Le portail moncompteactivite.gouv, qui va s’enrichir au fil du temps, a été élaboré à partir des besoins recensés directement auprès des utilisateurs et bénéficiaires finaux, et faciliter le recours aux dispositifs dont chaque français pourrait avoir besoin tout au long de sa vie. Il s’est construit avec des acteurs du numérique, notamment les start-up MyJobCompany, et PeopleDoc, ou encore l’Ecole 42 dans le cadre de son programme de formation baptisé Matrice.

Chacun de ces acteurs a eu l’occasion de souligner l’intérêt de contribuer à « se saisir des données massives pour les mettre au service des individus » et les atouts de l’architecture modulaire de cette plateforme pour accueillir des solutions innovantes autres que celles proposées aujourd’hui. Cette « œuvre collective » numérique est l’occasion par ailleurs de collaborer « plus intelligemment » entre les diverses parties prenantes.

Cet enthousiasme été cependant relativisé, en raison de la difficulté à réaliser des recommandations personnalisées à un grand nombre de personnes dont les situations sont par nature singulières. Devant le risque de normalisation des propositions, une vigilance à ne pas devenir plus prescriptif que jamais est nécessaire. Dans cette logique, la nécessité d’un accompagnement humain de qualité est évidente, d’où la nécessité accrue de professionnaliser les acteurs, conseillers notamment, par exemple sur les passerelles possibles entre métiers. De plus, l’information aux personnes doit être organisée, par exemple sous forme de courrier envoyé à leur domicile, les invitant - comme dans le cadre de préventions médicales - à recourir à des professionnels. 

C’est donc bien de complémentarité, plus que de concurrence ou de clivage entre acteurs virtuels et humains, dont il a été question, considérant l’objectif partagé « de ne laisser personne au bord du chemin » à toutes les étapes de sa vie.

Françoise Lemaire

Tags : dispositifs | CPA | outils numériques | ministère du Travail