« Changer le paradigme » de l’accompagnement vers, pendant et après la formation (rapport Catherine Beauvois)

12 Février 2019

© Adobe Stock Catherine Beauvois, ancienne secrétaire générale du Cnefop, fait des préconisations sur l’accompagnement du développement des compétences dans un rapport publié en décembre 2018.

Un « changement de paradigme […] doit être aidé pour installer l’accompagnement au développement des compétences au cœur du CEP [1], renforcer l’agilité des parcours, développer les savoir-faire associés et l’accompagnement là où il est nécessaire, en fonction de la modalité d’apprentissage choisie ». C’est ce que préconise un rapport [2] réalisé par Catherine Beauvois, ancienne secrétaire générale du Cnefop [3].

Cette dernière a été chargée, fin octobre par le Haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, Jean-Marie-Marx, de « contribuer au cadrage » de l’appel à projets national dédié à l’accompagnement du développement des compétences, qui doit être lancé au premier semestre 2019 dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences (Pic). Elle lui a remis ses propositions le 31 décembre 2018.

Le rapport suggère notamment d’articuler cet appel à projets autour de deux grands volets : « un premier réservé aux opérateurs du CEP […], un second dédié aux projets coopératifs innovants utiles aux développements des expertises qu’il reste à développer ».

Consolider les invariants attendus du CEP

Le premier volet implique, selon Catherine Beauvois, « d’accompagner l’étape II du déploiement du CEP afin de placer le développement des compétences au cœur dudit conseil ». À cet égard, le « toilettage » en cours du cahier des charges du CEP, pour prendre en considération la réforme du 05/09/18 constitue « une opportunité », indique le rapport. Il s’agirait ainsi de « consolider les invariants attendus » - capacité du CEP à accompagner des parcours apprenants, itératifs, sachant mobiliser l’ensemble des outils de développement des compétences disponibles, selon les priorités de la personne et les opportunités du territoire - mais également de « construire les outils SI du CEP et le cadre de son évaluation ».

Ce volet pourrait financer des projets portés par les opérateurs « portant sur l’expérimentation et le développement des objectifs d’ingénierie d’accompagnement », et comprendrait « un volet mutualisé, commun aux opérateurs concernés serait imposé pour travailler les aspects d’intérêt partagés (coordination, professionnalisation, qualité, etc.) ».

Projets coopératifs innovants

Le second volet « projets coopératifs innovants », serait ouvert à tous les acteurs. Son objectif ? « Approfondir ou développer, dans le cadre de consortiums (SPE [4], organismes de formation, experts de l’accompagnement à la reconnaissance/valorisation des compétences, Opco etc.), les expertises et capacités collectives à travailler en réseau sur les moments clés (de fragilité) », et ce dans le cadre de parcours de formation se déroulant tout ou partie en entreprise, ou de formations collectives. Ce volet doit notamment permettre de développer des « dynamiques partenariales » à l’échelle d’un territoire.

Aurélie Gerlach (Centre Infffo pour Défi métiers)

Pour en savoir plus  :

Rapport Mission sur l’accompagnement vers, pendant et après la formation

Notes

[1] Conseil en évolution professionnelle

[2] Mission sur l’accompagnement vers, pendant et après la formation : enjeux et propositions pour l’élaboration d’un appel à projet national dédié à l’accompagnement du développement des compétences

[3] Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles, dont les attributions ont été transférées à France Compétences au 1er janvier 2019

[4] Service public de l’emploi

Tags : Cnefop | CEP | SPE | développement des compétences | inclusion