Apprentissage : quelles sont les attentes des entreprises franciliennes ?

20 Août 2014

Apprentissage : quelles sont les attentes des entreprises franciliennes ? © Fotolia La Région Ile-de-France a mené une enquête auprès des dirigeants et DRH d'entreprises pour connaître leurs freins et motivations pour recruter un apprenti.

A l'occasion des Assises régionales de l'apprentissage qui se sont tenues en juillet, la Région Ile-de-France a demandé à l'institut Viavoice de sonder les dirigeants et DRH d'entreprises franciliennes* sur l'apprentissage.

Le premier enseignement de cette enquête est que le dispositif recueille une opinion majoritairement favorable. Ainsi, 92 % des dirigeants d’entreprises ayant déjà eu recours à l’apprentissage en ont une "image positive", contre 89 % des dirigeants n’ayant jamais eu recours à l’apprentissage.

Plusieurs motivations se détachent ensuite pour l'embauche d'un apprenti. Pour 44 % des entreprises ayant déjà eu recours à l'apprentissage, cette motivation est d'abord structurelle, recruter des apprentis faisant partie de la tradition de leur établissement. Les recruteurs déclarent également avoir été encouragés par la demande d'un jeune, son profil (38 %), ou par un besoin spécifique de l'entreprise (35 %). Les primes ou aides ne sont citées que par 14 % des dirigeants interrogés comme étant de nature à encourager l'embauche d'un apprenti.

Pour 86 % des entreprises ayant déjà recruté un apprenti, l'expérience s'est révélée globalement positive. Néanmoins, les employeurs ont pu aussi se heurter à des freins. Les dirigeants interrogés citent ainsi les difficultés de l'apprenti à communiquer (47 %), à prendre des initiatives (46 %), ou à travailler en entreprise (44 %). Parmi les différents secteurs d'activité, c'est la construction qui semble rencontrer le plus de difficultés avec l'apprentissage : seuls 65 % des dirigeants estiment que l'embauche d'un ou de plusieurs apprentis a été une expérience positive.

Pour l'ensemble des employeurs interrogés, les principaux freins au recrutement d'un apprenti sont la crainte du manque de motivation et de sérieux de l'apprenti (76 % des entreprises ayant déjà eu recours à l'apprentissage et 58 % de celles n'y ayant jamais eu recours), suivi par la situation économique de l'entreprise (58 % et 56 %).  Parmi les leviers pouvant accentuer le recours à l'apprentissage, les entreprises citent la meilleure adéquation des formations suivies par l'apprenti avec leurs besoins (71 % des entreprises ayant déjà eu recours à l'apprentissage), ou la simplification des démarches administratives et de recrutement du jeune (61 % et 44 % des entreprises).

Télécharger l'enquête

Raphaëlle Pienne

*Sondage réalisé du 7 au 30 mai 2014 auprès 507 dirigeants d'entreprises et  responsables de ressources humaines franciliens.

 

 

Tags : apprentissage | jeune | chef d'entreprise