Aides-soignants : un accès rapide au premier emploi

22 Juillet 2015

Aides-soignants : un accès rapide au premier emploi © Fotolia Le diplôme d'aide-soignant continue à offrir une très bonne insertion professionnelle, selon une étude de la Drees.

Malgré l'augmentation constante du nombre de diplômés et en dépit d'une conjoncture économique dégradée, l'insertion professionnelle des aides-soignants demeure très satisfaisante, selon une étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

Basée sur les enquêtes générations du Céreq (2001, 2004 et 2007), l'étude constate un accès rapide au premier emploi pour les aides-soignants, entre 80 % et 85 % des diplômés étant recrutés moins d'un mois après l'issue de leur formation.

Malgré cette  insertion rapide, le premier emploi occupé par les aides-soignants débute dans 65 % des cas par un contrat temporaire (CDD, intérim, contrat aidé, etc.). Cependant, trois ans après la fin de leur formation, ils sont plus de 70 % à travailler encore chez leur premier employeur.

Une insertion durable

Quelle que soit la génération étudiée, les aides-soignants sont, au final, 95 % à occuper un emploi trois ans après la fin de leur formation (contre 63 à 73 % des autres diplômés de niveaux V).  Parmi eux, les deux tiers occupent un emploi stable (CDI ou fonctionnaire).

A l'issue de cette période, ils sont une large majorité à travailler dans le secteur public (entre 55 % et 63 % en moyenne selon la génération), l'hôpital public restant l'un des principaux débouchés. Leur salaire est aussi en moyenne plus élevé que celui des autres diplômés de niveau équivalent. Enfin, ils semblent particulièrement satisfaits de leur situation professionnelle, 90 % estimant se "réaliser professionnellement" (contre 70 % à  80 % pour les diplômés de niveau équivalent).

Consulter l'étude

Raphaëlle Pienne
 

Tags : aide-soignant | paramédical | insertion dans l’emploi