Accompagner la progression linguistique des primo-arrivants

08 Décembre 2015

Accompagner la progression linguistique des primo-arrivants © Ideal Connaissances La réforme engagée avec le projet de loi relatif au droit des étrangers souhaite inscrire les primo-arrivants dans de véritables parcours d’accueil et d’intégration caractérisés par un relèvement du niveau d’exigence linguistique.

Une web conférence organisée le 20 novembre par Idéal Connaissances a été l'occasion pour Isabelle Kaelbel, chef du bureau de l’apprentissage de la langue et de la citoyenneté du ministère de l'Intérieur, de partager l'impact de la réforme de la formation linguistique des primo-arrivants avec les acteurs de territoire. Si le projet de loi doit encore être discuté en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, les grands principes sont tracés et modifient fortement les parcours proposés dans le cadre du Contrat d'accueil et d'intégration.

Le nouveau marché public de l'Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), opérationnel au 1er février 2016, va permettre un positionnement de niveau en français des personnes et la prescription de cours pour progresser vers le niveau A1.

Un important volume d'heures est prévu dans le cadre des 3 parcours distincts  : 200 heures pour les personnes peu scolarisées et ayant d'importants freins ; 100 heures pour le parcours intermédiaire ; 50 heures pour un appui à des étrangers ayant un niveau proche du niveau à atteindre. L'assiduité, le sérieux et la progression seront évalués, sans avoir besoin d'attester du niveau.

Le marché public met l'accent sur l'ingénierie de formation et sur les méthodes pédagogiques mixant présentiel et NTIC afin d'adapter ces formations aux besoins des publics migrants, dont le taux de connectivité est évalué à plus de 80 %.

Dans le cadre du projet de loi, les personnes sortant de la formation Ofii pourront s’inscrire dans un parcours relevant de l'offre territoriale, afin de progresser dans l'apprentissage vers l'atteinte d'un niveau A2, pour pouvoir prétendre à la carte de résident au bout de cinq ans.

Une attention particulière sera portée à la qualité des formations financées :

  • conformité des locaux ;
  • évaluation du niveau à l'arrivée et adaptation des formations (modularité, etc. ) ;
  • procédures permettant le suivi des personnes et la prise en compte de leurs besoins ;
  • traçabilité des activités pédagogiques ;
  • contenu développé pour permettre l'intégration en France (français de la vie pratique, de la vie publique, de la vie professionnelle).

La complémentarité de l'offre est souhaitée : le Programme 104 (« intégration et accès à la nationalité française ») du ministère de l'Intérieur s'inscrit dans cette logique d'efficacité. Si les crédits de la politique de la ville sont souvent mobilisés, en ce qui concerne les territoires ruraux, les collectivités et leurs regroupements peuvent mobiliser les fonds européens.

Voir la web conférence sur Idéal Connaissances.

Christine Barret-Labre

Tags : français langue étrangère | maîtrise de la langue française | OFII | ASL