« À 4 mains », un documentaire sensible sur le lien entre maître et apprenti

14 Octobre 2019

« À 4 mains », un documentaire sensible sur le lien entre maître et apprenti © Caméra subjective Une semaine avant sa diffusion sur France 5, le documentaire de Sarah Carpentier, intitulé À 4 mains, a été projeté aux 7 Batignolles (Paris), en présence de l’Institut de l’entreprise, qui l’a soutenu financièrement.

« L’apprentissage représente la voie royale vers l’entreprise, estime Paul Allibert, directeur général de l’Institut de l’entreprise. Les entreprises apprécient de se sentir investies dans la formation des jeunes. Il nous a donc semblé naturel de promouvoir cette filière d’excellence. » Voilà pourquoi, en partenariat avec la région des Hauts-de-France, l’Institut de l’entreprise a sollicité un producteur de documentaires, pour lui proposer de soutenir un film sur l’apprentissage qu’il réaliserait. Il a choisi Caméra subjective, connue pour « déconstruire les clichés », selon Paul Allibert

La transmission comme fil rouge

Sur le plan éditorial, totale liberté a été laissée à la réalisatrice, Sarah Carpentier. Elle a choisi pour fil rouge la transmission : « Le lien humain et le lien de confiance peuvent faire des miracles. Voilà ce que raconte le film », a-t-elle affirmé en amont de la projection. En 70 minutes, le documentaire brosse le portrait de 4 binômes maître d’apprentissage/apprenti : une tonnelière, une esthéticienne, un conducteur de machine en verrerie et un ébéniste. Ils sont des Hauts-de-France, de Gironde ou d’Annecy mais tous ont un point commun : la volonté de partager savoir-faire et savoir-être.

Un avenir professionnel qui leur ressemble

La réalisatrice les a accompagnés tout au long de leur année scolaire, jusqu’à ce que l’une obtienne son CAP, un autre son passage en 2è année, une troisième décroche le concours de meilleure apprentie régionale, le dernier signe son premier contrat de travail. Avec sensibilité mais sans sensiblerie, le film montre des jeunes gens soucieux de ne pas décevoir leur maître d’apprentissage, déterminés mais aussi en proie à certaines difficultés, ou arrivés en apprentissage après avoir traversé de grandes périodes d’incertitude, voire d’avoir connu le chômage.

Aucune vision idyllique de la réalité donc, mais une peinture juste de jeunes hommes et jeunes femmes en quête d’un avenir professionnel qui leur ressemble. Et leurs tuteurs ne s’y trompent pas, à l’image de Didier, le tonnelier girondin qui encadre Amandine, meilleure apprentie de France. Il explique ne pas vouloir transmettre seulement ses connaissances : « Je me plais à les accompagner pour les aider à grandir. » Et le téléspectateur, lui, les voit, en effet, progresser au cours de cette année scolaire. Et trouver leur voie…

À 4 mains, un film réalisé par Sarah Carpentier et produit par Caméra subjective. Diffusé mardi 15 octobre, à 20h50, sur France 5, dans Le Monde en face.

Sophie Massieu (Centre inffo pour Défi métiers)

Tags : apprentissage | apprentis