Handicap et formation : les actions de la Direccte Ile-de-France

23 Septembre 2013

Myriam Chalouin - Chargée de mission à la Direccte Ile-de-France

Handicap et formation : les actions de la Direccte Ile-de-France Myriam Chalouin expose les actions de la Direccte Ile-de-France en faveur de l’accès des personnes en situation de handicap à la formation professionnelle de droit commun.

« Notre objectif est que ce public accède à la qualification, par le biais des organismes de formation de droit commun, pour favoriser son accès à l’emploi. »
A l’occasion de la matinée de sensibilisation « Accueillir les personnes handicapées en formation et en apprentissage », organisée le 28 mars 2013 par le GIP Défi métiers, vous vous exprimez sur l’accès des personnes en situation de handicap aux formations de droit commun. Pourquoi faut-il privilégier ce moyen d’action ?
L’offre de formation professionnelle de droit commun en Ile-de-France est conséquente. La région compte un grand nombre de centres de formation d’apprentis (CFA) et d’organismes de formation, qui représentent une offre large et diversifiée. En parallèle, les travailleurs handicapés franciliens demandeurs d’emploi, voire salariés, ont un profil peu qualifié. Notre objectif est donc que ce public accède à la qualification, par le biais des organismes de formation de droit commun, afin de favoriser son accès à l’emploi. Cela peut parfois nécessiter de la part des organismes formateurs d’adapter les postes, la pédagogie, ou les emplois du temps, mais ces adaptations n’ont rien de systématique et sont tout à fait réalisables.
Quels types d’actions la Direccte Ile-de-France mène-t-elle ?
Le sujet de la formation professionnelle rassemble de nombreux acteurs, et nous travaillons beaucoup en partenariat, notamment avec le Conseil régional, mais aussi avec les prescripteurs de formation, comme Pôle emploi ou les Cap emploi, et avec l’Agefiph. Nous menons un certain nombre d’actions dans le cadre du Plan régional pour l’insertion des travailleurs handicapés (Prith Ile-de-France). Nous travaillons par exemple sur la traçabilité des personnes handicapées qui suivent des formations, afin de mieux connaitre ce public et d’améliorer son accès à la formation. L’enjeu est également d’aider les prescripteurs à connaître l’offre de formation francilienne, afin qu’ils puissent mieux orienter les personnes handicapées vers celle-ci, et enfin d’informer les organismes de formation, pour qu’ils puissent correctement accueillir ce public. « Compétences Clés », programme piloté par la Direccte Ile-de-France, bénéficie à 17 % à des personnes en situation de handicap.
En quoi cette formation répond-elle aux besoins de ce public ?
Compétences clés est un programme financé par l’Etat, par le biais d’un marché public, dans tous les départements franciliens. Il consiste en plusieurs modules de rattrapage en matière de savoirs de base : langue française, mathématiques, etc. C’est à priori le dispositif de formation francilien qui accueille le plus de travailleurs handicapés parmi ses bénéficiaires, ce qui s’explique par différents facteurs. D’abord parce que ce type de programme correspond aux besoins d’un certain nombre de personnes handicapées, qui ont de faibles niveaux de qualifications (70 % des demandeurs d'emploi travailleurs handicapés ont un niveau V ou infra V), et qui pour certaines sont en situation d’illettrisme. Par ailleurs, les prescripteurs connaissent bien ce dispositif, qui peut être facilement et rapidement mobilisé. Enfin, le programme, tel qu’il est conçu, correspond bien aux personnes en situation de handicap, qui peuvent avoir des contraintes physiques, d’horaires, de soins, etc. La formation Compétences clés est en effet individualisée et se construit à la carte, par modules, et avec des horaires adaptables.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne

Tags : handicap | formation | qualifications | Direccte