Agefiph Idf : la formation des travailleurs handicapés demeure une priorité en 2015

03 Mars 2015

Nathalie Ducros - Déléguée régionale de l’Agefiph Ile-de-France

Nathalie Ducros Dans un contexte profondément modifié par la réforme de la formation professionnelle, Nathalie Ducros présente les enjeux et les priorités de l'Agefiph Ile-de-France en 2015.

« Il nous appartient de renforcer notre partenariat avec les Conseils régionaux et de bien positionner la complémentarité de notre intervention dans le champ de la formation. »
Le cadre d’intervention de l’Agefiph change-t-il en 2015 ?
Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte, à commencer par le contexte économique difficile. La demande d’emploi des travailleurs handicapés (DETH) est toujours plus élevée et augmente plus vite que la demande d’emploi pour le tout public. En Ile-de-France, à fin 2014, la DETH a augmenté de 12 %, contre 7 % pour le tout public. C’est un élément de contexte externe, qui constitue un enjeu pour l’ensemble du Service public de l’emploi. En interne, l’Agefiph connaît une diminution continue de ses ressources, couplée à un prélèvement de l’Etat de 87 millions d’euros sur trois ans. Enfin, le contexte législatif a évolué, avec l’entrée en vigueur de la loi du 5 mars 2014.
Pour l’Agefiph, quels changements apporte la réforme de la formation ?
La loi du 5 mars est venue parachever le processus de décentralisation amorcé il y a 30 ans : dans le cadre du Service public régional de la formation professionnelle, les Régions sont désormais dotées de la compétence pour les publics handicapés. Dans ce contexte de territorialisation accrue, l’enjeu pour l’Agefiph est politique. Il nous appartient de renforcer notre partenariat avec les Conseils régionaux et de bien positionner la complémentarité de notre intervention dans le champ de la formation. Nous devrons nous efforcer de peser au sein des instances régionales, afin que soit représentée dans les programmes régionaux de formation une offre suffisante, en quantité et en qualité, correspondant aux besoins du public handicapé.

En Ile-de-France, nous avons pris de l’avance et de fait anticipé la loi, en signant un accord politique avec le Conseil Régional s’illustrant par un co-achat sur le Programme Régional Compétences. Depuis la rentrée 2014, l’Agefiph achète, en complément de la Région, des parcours de formations qualifiantes et certifiantes ciblés sur les métiers pour lesquels nous savons que les demandeurs d’emploi travailleurs handicapés se positionnent en nombre.

Allez-vous continuer à financer des places supplémentaires pour le Programme Compétences clés, désormais transféré à la Région ?
Nous sommes actuellement en discussion avec le Conseil régional et l’année 2015 s’annonce comme une période de transition devant permettre un temps d’appropriation, nécessaire pour les services de la Région. Nous serons attentifs à l’avenir de ce dispositif qui accueillait jusqu’alors 30 % des bénéficiaires travailleurs handicapés.
Pour le public handicapé, comment est financé le compte personnel de formation (CPF) ?
L’Agefiph est susceptible d’abonder le CPF, pour les demandeurs d’emploi comme pour les salariés (sans condition de maintien dans l’emploi pour ces derniers). Nous définirons les cibles de métiers prioritaires en partenariat avec les partenaires sociaux et les branches professionnelles. Nous articulerons nos interventions aux modalités et aux choix arrêtés par les principaux financeurs du CPF. La réflexion à mener est là aussi de positionner nos financements de façon cohérente, compte tenu du territoire et des besoins identifiés.
Quelles seront les priorités de l’Agefiph en 2015 en matière de formation ?
Même si le budget global pour la formation est en baisse compte tenu de la diminution des ressources de l’Agefiph, nous allons accroître nos efforts sur l’alternance et maintenir une priorité sur la qualification. La mobilisation du Service public de l’emploi et les partenariats construits avec Pole emploi et la Région permettront la poursuite d’une politique de qualification ambitieuse, dans une logique accrue de co-financement.

En Ile-de-France, en 2014, 82 % des formations individuelles financées par l’Agefiph l’ont été dans le cadre d’un co-financement avec Pôle emploi, le Conseil Régional, les Conseils généraux ou les Opca, contre à peine 30 % il y a 4 ans.

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne (février 2015)

Tags : agefiph | travailleurs handicapés | formation