VAE mode d’emploi

Mis à jour le 02 Décembre 2014

VAE mode d’emploi ©  Fotolia La VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) est une procédure qui permet l’obtention de tout ou partie d’une certification professionnelle sur la base de l’expérience, sans nécessairement passer par une phase de formation.

  • La voie de l’expérience

    En complément de la formation initiale et continue, la VAE a créé une nouvelle voie d’obtention d’une certification : celle de l’expérience. Avec ce dispositif, instauré par la loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002 (articles 133 à 146), il est possible d’obtenir tout ou partie d’un diplôme, d’un titre ou d’une certification, à l’issue d’un parcours visant à reconnaître les compétences acquises au cours de l’activité professionnelle et extra professionnelle.
     
    L’obtention de cette certification professionnelle, similaire à celle délivrée par la voie de la formation, offre, au-delà de la reconnaissance personnelle et sociale, l'opportunité de valoriser ses compétences pour, par exemple, évoluer dans l'entreprise, faciliter une mobilité ou une reconversion, être mieux armé pour trouver un emploi, accéder à un concours, etc.
     
    Lors d’une démarche de VAE, trois acteurs sont amenés à intervenir :

    • le certificateur, organisme ou institution  habilité à délivrer une certification  (ministère du Travail, ministère de l’Education nationale, branches professionnelles, chambres de commerce et d’industrie, organismes privés, etc.) ;
    • l’accompagnateur, organisme public ou privé (ministère, établissement de formation) qui accompagne le candidat ayant souhaité être épaulé lors de la préparation de sa démarche VAE ;
    • le financeur, qui diffère selon le statut du candidat à la VAE (Etat, Région, Pôle emploi, Opca, Fongecif, employeur).

    Ne pas confondre VAE et VAP

    Instituée par le décret n°85-906 du 23 août 1985, la validation des acquis professionnels (VAP ou VAP 85) permet de postuler dans une formation de l'enseignement supérieur sans avoir les titres ou diplômes requis. Ce dispositif diffère donc de la VAE, qui permet d’obtenir une certification sans reprendre d’études. Peuvent bénéficier du dispositif de la VAP toutes les personnes ayant interrompu leur formation initiale depuis au moins 2 ans (depuis 3 ans en cas d'échec). Les candidats non titulaires du baccalauréat, à l’exception des sportifs de haut niveau, doivent être âgés de 20 ans au moins. La demande de VAP se fait auprès de l’établissement dispensant la formation à laquelle on souhaite accéder.

  • Un dispositif ouvert à tous

    La VAE est un droit ouvert à toute personne, sans condition d’âge, de nationalité, de diplôme ou de statut face à l’emploi (salarié, en CDI, CDD, intérimaire ; demandeur d’emploi, indemnisé ou non ; agent public, titulaire ou non ; bénévole), dès lors qu’elle justifie d’au moins trois années d’activité professionnelle en relation avec le contenu de la certification visée. Cette activité peut être actuelle ou révolue, continue ou discontinue, être ou avoir été réalisée à temps plein ou à temps partiel.
     
    L’activité peut avoir été exercée en France ou à l'étranger sous différents statuts : salarié, non salarié (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, agriculteur ou artisan, etc.), ou bénévole (mandat électif ou syndical, dans un cadre associatif). Ne sont pas prises en compte dans le calcul de la durée d’expérience requise les périodes de formation initiale ou continue sous statut d’apprentissage, ni les stages et périodes de formation en milieu professionnel accomplis pour l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.
    Une exception a néanmoins été introduite par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, pour les personnes n'ayant pas atteint un niveau V de qualification, pour lesquelles les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel - suivies de façon continue ou non - sont prises en compte dans le calcul de la durée de trois années d'activité requise.
     
     

  • Des diplômes, titres et certificats à finalité professionnelle

    La VAE permet d’obtenir toute certification à finalité professionnelle, qui est en tout point identique aux certifications pouvant être obtenues par la voie de la formation. L’expression « certification professionnelle » est générale et désigne à la fois les diplômes, les titres à finalité professionnelle ou les CQP (certificats de qualification professionnelle). Diplômes d’Etat, certificats créés et délivrés sous l’égide des branches professionnelles, ou encore titres et diplômes créés par des organismes privés, publics ou consulaires peuvent être obtenus par la voie de la VAE.
     
    Seule condition : cette certification doit être inscrite au RNCP (répertoire national de la Commission nationale de la certification professionnelle).

    A noter

    Il est possible de présenter plusieurs demandes de VAE par année civile (trois au maximum) pour des certifications différentes, mais un candidat ne peut entamer qu’une seule demande par certification.

     

  • La VAE pas à pas

    La VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) est aussi un parcours, dont la durée moyenne est comprise entre 9 et 12 mois, au terme duquel le candidat obtient la certification visée.
     
    Les différentes étapes d’un parcours de VAE sont :

    1. L'information et le conseil en VAE
      Cette première étape, non obligatoire mais recommandée, permet au candidat de s'informer et de se faire conseiller sur son projet de VAE. Pour cela, il peut notamment se rendre dans un centre ou une antenne relais conseil en VAE. L’entretien-conseil permet au candidat de mieux s’orienter dans la VAE, d’identifier la certification qui correspond le mieux à son expérience et de s’informer sur les différentes possibilités de financement de sa VAE.
    2. La recevabilité
      Cette phase obligatoire, souvent aussi appelée "livret 1", permet d’être enregistré auprès du certificateur. Elle ouvre également l’accès au financement de l’accompagnement. La recevabilité est établie à partir d’un CV détaillé et de documents prouvant que l’on a l’expérience requise par la certification visée. Un livret de "preuves" de l'expérience acquise est constitué. Si la demande est acceptée, le demandeur reçoit une notification de recevabilité qui l'autorise à candidater devant le jury de VAE.
    3. La constitution du dossier de présentation de l’expérience
      La validation se fait sur la base d'un dossier dit "livret 2". C'est une phase cruciale. Il s'agit ici pour le candidat de décrire avec précision son parcours et montrer que ses compétences sont en rapport avec la certification visée. Pour cette étape, il est vivement recommandé de faire appel à un accompagnement VAE, une aide méthodologique apportée au candidat pour constituer le dossier qui sera présenté au certificateur et préparer l’entretien avec le jury et/ou la mise en situation professionnelle lorsque celle-ci est prévu passage devant le jury.
    4. Le passage devant le jury
      Etape finale du parcours, le passage devant le jury peut prendre trois formes selon la certification visée : une simple présentation du dossier, une présentation du dossier avec entretien, ou une mise en situation professionnelle. A l'issue de cette étape, le candidat peut se voir accorder la totalité de sa certification, une partie, ou recevoir un refus. Dans le cas d’une validation partielle, il reçoit des préconisations pour, s’il le souhaite, continuer son parcours (en suivant une formation complémentaire, en acquérant une expérience professionnelle complémentaire, ou en effectuant un travail demandé par le jury, tel la réalisation d’un mémoire).

    Accompagnement à la VAE
     
    Dans des conditions qui doivent être précisées par décret, toute personne dont la candidature a été déclarée recevable peut bénéficier d'un accompagnement pour préparer son dossier de VAE et son entretien devant le jury ; pour les demandeurs d'emploi, cet accompagnement est organisé par la Région. Il peut être financé par le Compte personnel de formation (CPF), opérationnel à partir du 1er janvier 2015 (Loi n°2014-88 du 5 mars 2014).

  • Financer une démarche de VAE

    La démarche de VAE engendre un certain nombre de coûts, notamment des coûts liés à la mise en œuvre de la procédure par le certificateur, variables selon la certification visée et l’organisme concerné (droits d'inscription, droits de présentation devant le jury, participation à un module obligatoire pour certains diplômes, etc.), et des coûts relatifs à l’accompagnement VAE délivré par un organisme prestataire.
    Il faut également considérer les frais annexes engendrés par la démarche (frais de reprographie, de transport, etc.). De plus, en cas de validation partielle, il faut éventuellement ajouter les coûts des modules de formation complémentaire.
     
    Le coût total d’une démarche de VAE peut varier de 0 à plusieurs milliers d'euros.
     
    Plusieurs possibilités existent pour financer, partiellement ou intégralement, une démarche de VAE, en fonction du statut du demandeur. Il est également possible de financer sa démarche VAE à titre individuel.

    • Les salariés peuvent obtenir une prise en charge :
      - au titre du congé VAE : la demande de financement est faite auprès de l’Opacif (Organisme paritaire agréé au titre du congé Individuel de formation) ou du Fongecif dont dépend leur entreprise ;
      - dans le cadre du Plan de formation de leur entreprise : la demande est à formuler auprès de l’employeur ;
      - en demandant à leur entreprise d’utiliser leurs droits acquis dans le cadre du droit individuel à la formation (Dif). A noter : à partir du 1er janvier 2015 et jusqu'en 2021, les droits acquis au titre du Dif pourront être utilisés dans les mêmes conditions que ceux du CPF ;
      - en mobilisant à partir du 1er janvier 2015 leurs droits acquis au titre du compte personnel de formation (CPF), sans avoir à obtenir l'accord de l'employeur lorsqu'il s'agit de financer un accompagnement à la validation des acquis de l'expérience (Loi n°2014-288 du 5 mars 2014).
    • Les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier de différents financements permettant, sous certaines conditions, d’assurer la gratuité de l’intégralité du parcours VAE :
      - l’aide régionale : certains conseils régionaux proposent une aide financière (en Ile-de-France, le chéquier VAE) ;
      - l’aide du Pôle Emploi (complémentaire de l’aide régionale) ;
      - l’aide de l’Etat pour obtenir un titre professionnel du ministère chargé de l’emploi ou pour bénéficier d’actions spécifiques départementales ;
      - en mobilisant à partir du 1er janvier 2015 leurs droits acquis au titre du compte personnel de formation (CPF) ;
      - au titre du congé VAE, pour les anciens titulaires de CDD.

    CDD et congé VAE
     
    La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle a ouvert le droit au congé VAE aux personnes qui ont été titulaires de contrats à durée déterminée (CDD), sous conditions minimales d'ancienneté (qui seront déterminées par décret). Une convention ou un accord collectif étendu peut fixer une durée d'ancienneté inférieure. Les conditions de rémunération sont celles prévues pour le Cif-CDD.

  • Où obtenir des informations et des conseils sur la VAE ?

    Pour obtenir une première information sur la VAE, le candidat peut se rendre dans l’une des structures d’accueil d’information et d’orientation présentes sur le territoire. Ces structures appartiennent aux réseaux du Pôle Emploi, mais aussi de l’association pour l’emploi des cadres (Apec), des centres d’information et d’orientation (CIO), des Plans Locaux pour l'Insertion et l'Emploi (Plie), ou des Maisons de l'emploi et de la formation. Il peut aussi consulter le service des ressources humaines de son entreprise, le Fongecif, etc.

    A noter : en Ile-de-France, 8 antennes VAE, financées par la Région, proposent des entretiens gratuits d’1h30, dans 23 points d'accueil, à tout Francilien qui en fait la demande.

    En fonction du projet de certification, plusieurs autres structures peuvent également informer et conseiller les personnes désireuses de s’engager dans une démarche de VAE :

    • le ministère de l’Education nationale propose des points d’informations et d’accueil différents en fonction du niveau de diplôme visé, dans les Dava (Dispositifs académiques de validation des acquis) et les Cava (Centres académiques de validation des acquis) ;
    • le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche n’a pas mis en place de lieux d’information spécifiques : il faut s’adresser directement à l’établissement délivrant le diplôme ou la certification (université, école, etc.). Par ailleurs, cinq universités se sont associées pour faciliter la démarque VAE à travers le site Validexper ;
    • le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) propose une information et un accompagnement VAE, assurés par des conseillers spécialisés, directement au sein de ses centres  : VAE Cnam Paris ; VAE Cnam Idf hors Paris ;
    • les DDCS (Directions départementales de la cohésion sociale) assurent une fonction d’information et de conseil sur les diplômes délivrés par le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, et sur les conditions d’accès à la VAE ;
    • la Driaaf (Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, l'agriculture et de la forêt) dispose de points d’information conseil et orientation qui peuvent être consultés pour les diplômes et certificats de l’enseignement agricole délivré par le ministère de l’Agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt ;
    • l’Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes) offre au sein de ses différents centres un service d’information et de conseil pour entamer une procédure de validation d’un titre professionnel. 

     

    Pour en savoir plus sur la VAE :

  • Repères chiffrés

    Infographie 1 : Les certifications les plus présentées à la VAE en 2011

    Les certifications les plus présentées à la VAE en 2011
    Source: 
    Dares Analyses N°91 - Décembre 2012 - traitement Défi métiers
    Note de lecture: 
    Champ : France entière.

    Infographie 2 : Profil des candidats présentés à la VAE en 2011

    Profil des candidats présentés à la VAE en 2011
    Source: 
    Dares Analyses N°91 - Décembre 2012 - traitement Défi métiers
  • Tags